Jean-Paul Huchon : "Investir dans les transports"

La Région a réduit ses dépenses de fonctionnement pour privilégier l'investissement. La Région a réduit ses dépenses de fonctionnement pour privilégier l'investissement.[Mickael Sizine / Direct Matin]

Faire des économies pour investir plus. C’est la politique que souhaite mener Jean-Paul Huchon en Ile-de-France. Le président du conseil régional doit faire voter ce mercredi le budget 2014 du Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), qui s’élève à 8,6 milliards d’euros, et présentera, du 18 au 20 décembre, le budget de 4,7 milliards d’euros de la région pour l’an prochain. Selon lui, il est important de maintenir une politique volontariste pour lutter contre les effets de la crise économique.

 

Quels investissements pour les transports sont prévus en 2014 ?

Sur le matériel roulant, le Stif va d’abord financer quatre-vingt-onze rames supplémentaires sur les réseaux nord, est et ouest. A cela s’ajoutent douze rames de métro pour les lignes 5 et 9 et le renforcement, à ce conseil, de quarante-cinq lignes de bus, principalement en grande couronne.

 

Pouvez-vous expliquer la hausse de 3% des tarifs ? 

Celle-ci est uniquement liée à l’augmentation de la TVA sur les transports publics. Le gouvernement va faire passer celle-ci de 7 % à 10 % au 1er janvier prochain. En réalité, les tarifs n’augmentent pas.

 

L’idée du passe Navigo unique a-t-elle été enterrée ?

Je pense que le vice-président chargé des transports à la région, Pierre Serne (EELV), n’a pas dû être bien compris. Personne n’a renoncé au passe Navigo unique. Je continue de me battre auprès du gouvernement, car cela dépend d’une mesure législative. Courant 2014, je proposerai un pas supplémentaire en dézonant les petites vacances et je propose d’ores et déjà que le tarif du passe Navigo 1-5 reste inchangé, comme pour le ticket.

 

La sécurité dans les transports peut-elle être améliorée ?

En la matière, la Région est déjà exemplaire. Depuis 2008, nous avons consacré 500 millions d’euros à la sécurité dans les transports, pour la vidéosurveillance, les bornes d’appel, des grilles, et le Stif finance intégralement 3 000 emplois de policiers dédiés. C’est le produit des amendes qui permet de financer cela.

 

Comment voyez-vous les transports de demain ?

La clé, c’est le transport de banlieue à banlieue. Ceux-ci représentent 70 % du trafic en Ile-de-France. Ces déplacements, les usagers sont obligés de les faire en passant par Paris. Eviter de passer par la capitale permettrait aux usagers de gagner du temps.

 

Paradoxalement, à l’heure de la rigueur, le budget de la région va augmenter…

Nous avons procédé à un recentrage sur l’investissement en récusant la rigueur. C’était la priorité. L’investissement a redépassé le budget de fonctionnement, qui a été réduit. Cela a été possible en donnant la priorité aux compétences les plus régaliennes de la région : investir d’abord dans les transports, les lycées, la formation, l’apprentissage et le développement économique.

 

En juin, le CESER avait justement jugé ces dépenses trop importantes…

Tout le monde imagine qu’il s’agit de petits fours, le téléphone, le personnel… En réalité, c’est avant tout la contribution au Stif, la formation professionnelle et l’apprentissage. Le fonctionnement pur, c’est à peine 3 % du budget de la région.  Les dépenses de personnel, notamment des lycées, représentent 434 M€, soit la plus faible dépense par habitants de France pour une région.

 

Valérie Pécresse (UMP) reproche à la Région d’avoir trop de fonctionnaires. Que lui répondez-vous ?

Sa critique n’est pas justifiée. Notre personnel n’a pas augmenté de manière significative. L’an dernier, nous avons créé 30 ou 40 emplois pour des lycées nouveaux. Dans ces cas-là, on ne peut pas piquer le personnel du lycée d’à côté. Ce ne sont pas des opérations de confort mais des opérations nécessaires.

 

L’Etat a réduit de 30 millions d’euros sa dotation pour la Région. Que représente cette somme ?

Trente millions, c’est par exemple l’équivalent de l’investissement dans les CFA ou bien le prix moyen d’un lycée.

 

D’ici à 2016 devrait naître la Métropole de Paris. Ce futur organisme n’empiètera-t-il pas sur les compétences de la Région ?

Non, le logement reste une compétence de la Région. Nous élaborerons également le futur schéma d’implantation des logements. Nous aurons la partie stratégique.

 

Des élus PS veulent supprimer les conseils régionaux des 92, 93 et 94. Qu’en pensez-vous ?

Cette proposition du député PS des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay, ne me paraît pas une bonne chose. Il s’agit de départements de plus d’un million d’habitants et d’un milliard de budget avec des compétences bien spécifi­ques, utiles à tous les Franciliens.

 

Serez-vous candidat à votre succession en 2015 ?

Pour le moment, j’ai beaucoup de travail. Je fais mon job. Je me poserai la question quand il sera le temps de se la poser.

 

Grand Paris : proposition commune Hidalgo-Huchon-Bartolone 

Huchon partant pour se représenter en 2015 

Paris : le passe Navigo dézoné cet été 

EELV fait campagne pour le pass Navigo à tarif unique 

 

À suivre aussi

Interview Vidéo - Tony Parker : «J’ai l’impression d’être né sous une bonne étoile»
Sophie Cluzel : « Il y a un problème de qualification chez les personnes handicapées. »
intégration Sophie Cluzel : « Il y a un problème de qualification chez les personnes handicapées »
Sébastien Chenu : « Cette réforme des retraites n'a pas de sens »
Politique Sébastien Chenu : «Cette réforme des retraites n'a pas de sens»

Ailleurs sur le web

Derniers articles