Perpétuité incompressible pour le meurtrier d'Océane

Photo d'Océane à Bellegarde, le 7 novembre 2011 [Pascal Guyot / AFP/Archives] Photo d'Océane à Bellegarde, le 7 novembre 2011 [Pascal Guyot / AFP/Archives]

Nicolas Blondiau, 27 ans, a été condamné mardi par la cour d'assises du Gard à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de 30 ans incompressible pour le viol et le meurtre de la petite Océane, 8 ans, en novembre 2011 à Bellegarde.

 

Cette peine, appelée aussi perpétuité incompressible ou perpétuité réelle, a été prononcée trois fois en France, dont une à l'encontre de Michel Fourniret.

Elle se traduit par le fait que l'accusé ne pourra sortir de prison qu'après une période incompressible de trente ans et avec l'accord d'un collège d'experts de la Cour de Cassation.

Cette condamnation, conforme aux réquisitions, a été accueillie par un tonnerre d'applaudissements dans la salle, alors que la défense a annoncé qu'elle interjetait appel.

La cour a également prononcé l'interdiction des Droits civiques et de famille pour une durée de dix ans.

Le 5 novembre 2011, vers 18h30, Océane était partie chez un ami de la famille récupérer un jeu vidéo, à 150 m de son domicile. Le corps de l'enfant sera retrouvé le lendemain, sur un chemin, à 3 km du centre du village.

 

Meurtre d'Océane : retour sur les faits

 

À suivre aussi

Faits divers Nîmes : un homme prend les policiers en civil pour des dealers
L'éthylotest a révélé qu'il présentait un taux de 1,60 gramme d'alcool par litre de sang.
Hérault Route : en moins de deux heures, il est contrôlé deux fois en état d'ébriété, dans deux départements différents
Faits divers Gard : deux personnes en garde à vue pour avoir décroché un portrait d'Emmanuel Macron

Ailleurs sur le web

Derniers articles