Réforme territoriale: "12 à 25 milliards de gain" annuel, selon Vallini

Le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale André Vallini, le 16 avril 2014 à l'Elysée, à Paris [Patrick Kovarik / AFP/Archives] Le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale André Vallini, le 16 avril 2014 à l'Elysée, à Paris [Patrick Kovarik / AFP/Archives]

Le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, André Vallini, a estimé que la réforme territoriale permettrait un gain "annuel de 12 à 25 milliards d'euros", dans un entretien au Figaro vendredi.

"Le budget des collectivités locales représente au total 250 milliards d’euros", a-t-il précisé.

Selon lui, "les meilleurs spécialistes pensent qu’en tablant sur des économies d’échelle et des suppressions de doublons qui pourraient à terme représenter de 5% à 10%, on arrive à un gain annuel de 12 à 25 milliards d’euros à moyen terme".

"Ce qui est beaucoup. Sans parler des gains de temps et d’efficacité qui sont difficilement quantifiables mais sans doute très importants", a ajouté M. Vallini.

Le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale a également tenu a rappeler que "François Hollande insiste souvent sur le fait qu’il faut réformer à la fois l’organisation territoriale et celle de l’État".

Cela permettra de "supprimer les doublons, raccourcir les circuits de décision, simplifier les démarches, rationaliser la présence et la qualité des services sur les territoires", a-t-il estimé.

François Hollande a affirmé mardi qu'il avait demandé à Manuel Valls d'"accélérer le rythme" de la réforme territoriale -suppression des départements et réduction drastique du nombre des régions- avant les nouvelles élections régionales et cantonales, ce qui implique de reporter ces scrutins de 2015 à 2016.

Un projet de loi est actuellement en préparation, qui devrait être présenté en Conseil des ministres le 14 mai.

À suivre aussi

mesures Violences contre les enfants, pédopornographie... Emmanuel Macron s'engage pour protéger les plus jeunes
Maltraitance : 22 mesures gouvernementales pour libérer la parole des enfants
Société Maltraitance : 22 mesures gouvernementales pour protéger les enfants
Selon les médias belges, Paul Magnette privilégierait une coalition «arc-en-ciel», entre les socialistes, les libéraux et les écologistes, auxquels pourraient se joindre les chrétiens-démocrates flamands.
crise politique Belgique : enfin un gouvernement, après plus de 330 jours sans ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles