Trahi par son ADN un an et demi après un viol

Image d'illustration.[AFP]

Un jeune homme de 18 ans vient d’être interpelé à Périgueux (Dordogne). Il est accusé d’avoir perpétué un viol sur une femme de 40 ans, il y a un an et demi.

 

Les faits remontent au 2 décembre 2012 vers 3h00 du matin rapporte Sud-Ouest. Une quadragénaire, tout juste refoulée par une boite de nuit, décrétant qu’elle avait trop bu, se fait surprendre par un jeune homme, qui l’entraine dans une cour intérieure pour la violer.

Suite à cette attaque, la femme décide de déposer une plainte. Sa rapidité permet ainsi aux enquêteurs de réaliser un prélèvement ADN à partir du sperme de l’agresseur.

Malheureusement, personne dans le fichier ne correspond au prélèvement. Sans témoin oculaire, l’enquête aurait pu en rester là, mais une récente péripétie va venir changer la donne.

 

ADN

Durant l’hiver, un jeune homme de 18 ans est en effet placé en garde à vue après avoir agressé son père. Par mesure de précaution et comme la loi les y autorise, les enquêteurs procède à un prélèvement d’ADN.

C’est en réalisant les comparaisons d’usage qu’ils découvrent que l’ADN correspond à celui retrouvé sur la victime du viol survenu un an et demi plus tôt.

Interpelé mercredi, le suspect finit par avouer, après plusieurs auditions, être l’auteur de l’agression sexuelle en question.

Ayant eu moins de 18 ans au moment des faits, le jeune homme comparaîtra prochainement devant la cour d’assises des mineurs.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles