Baby-Loup : le licenciement de la salariée voilée confirmé

Les nouveaux locaux de la crèche Baby-Loup, à Conflans-Sainte-Honorine, le 3 juin 2014. Les nouveaux locaux de la crèche Baby-Loup, à Conflans-Sainte-Honorine, le 3 juin 2014.[[Estelle Emonet / AFP/Archives]]

C’est la fin de cinq ans de rebondissements judiciaires.

 

La Cour de cassation a confirmé ce mercredi le licenciement pour faute grave d’une salariée voilée de la crèche Baby-Loup, installée désormais à Conflans-Sainte-Honorine (78).

Comme l’avait préconisé le procureur général, la Cour, qui avait examiné l’affaire en assemblée plénière, a rejeté le pourvoi de la salariée, Fatima Afif, qui avait refusé d’ôter le voile qu’elle s’était mise à porter de retour d’un congé parental.

"Cette décision est une bonne nouvelle pour les enfants de Baby-Loup, les femmes, le personnel, les musulmans et pour ceux qui ne le sont pas (...), c’est une bonne nouvelle pour la République et son vivre-ensemble", a déclaré l’avocat de la crèche, Me Richard Malka.

De son côté, Me Michel Henry, l’avocat de Fatima Afif, a jugé "l’arrêt décevant". Cette décision vient mettre un terme à cette affaire devant la justice française, mais la plaignante aura "certainement l’intention" de former un recours devant la Cour européenne des droits de l’Homme.
 

À suivre aussi

Justice Sextape de Valbuena : sexe et football, une longue histoire
condamnation La justice refuse la troisième demande de mise en liberté de Patrick Balkany
Justice Un couple finit au poste après s’être disputé pour avoir chacun plus de couette

Ailleurs sur le web

Derniers articles