Baby-Loup : le licenciement de la salariée voilée confirmé

Les nouveaux locaux de la crèche Baby-Loup, à Conflans-Sainte-Honorine, le 3 juin 2014. Les nouveaux locaux de la crèche Baby-Loup, à Conflans-Sainte-Honorine, le 3 juin 2014.[[Estelle Emonet / AFP/Archives]]

C’est la fin de cinq ans de rebondissements judiciaires.

 

La Cour de cassation a confirmé ce mercredi le licenciement pour faute grave d’une salariée voilée de la crèche Baby-Loup, installée désormais à Conflans-Sainte-Honorine (78).

Comme l’avait préconisé le procureur général, la Cour, qui avait examiné l’affaire en assemblée plénière, a rejeté le pourvoi de la salariée, Fatima Afif, qui avait refusé d’ôter le voile qu’elle s’était mise à porter de retour d’un congé parental.

"Cette décision est une bonne nouvelle pour les enfants de Baby-Loup, les femmes, le personnel, les musulmans et pour ceux qui ne le sont pas (...), c’est une bonne nouvelle pour la République et son vivre-ensemble", a déclaré l’avocat de la crèche, Me Richard Malka.

De son côté, Me Michel Henry, l’avocat de Fatima Afif, a jugé "l’arrêt décevant". Cette décision vient mettre un terme à cette affaire devant la justice française, mais la plaignante aura "certainement l’intention" de former un recours devant la Cour européenne des droits de l’Homme.
 

À suivre aussi

Justice Accusé d’agression sexuelle, un somnambule pourrait être acquitté
Insolite Robert de Niro réclame 6 millions de dollars à une ex-employée qui passait son temps sur Netflix
fait-divers Seine-Saint-Denis : Un patron de bar tué après avoir refusé de servir un client ivre

Ailleurs sur le web

Derniers articles