Faut-il craindre l'arrivée du virus Ebola en France ?

Des médecins en tenues de protection, dans le centre de Médecins sans frontières de Guéckédou, en Guinée, le 31 mars 2014.[SEYLLOU / AFP]

Alors que l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a tué 672 personnes en Afrique de l'Ouest depuis le mois de janvier, la France a accru sa "vigilance" face au risque de propagation du virus mortel depuis déjà plusieurs mois.

 

Depuis le mois de janvier, la Guinée est confrontée à une grave épidémie de fièvre Ebola, virus extrêmement contagieux et le plus souvent mortel. Dans son dernier bilan, l'OMS (Organisation mondiale de la Santé, recense 672 décès en Afrique de l'Ouest.

La semaine dernière, le Nigeria a annoncé le premier cas d'Ebola sur son sol, un Libérien ayant voyagé par avion de Monrovia à Lagos via Lomé et qui est décédé le 25 juillet.

La situation est telle que l'ONG Médecins sans frontières parle d'une "épidémie hors de contrôle".

Face à cette pandémie, les autorités sanitaires françaises ont pris des mesures de prévention.

 

 

 

Vigilance renforcée

La France a accru sa "vigilance", a annoncé dès le mois d'avril la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine. Soulignant qu'il n'y a pas de raison de s'inquiéter et qu'aucun cas suspect n'a été détecté en France, elle a ajouté que des procédures d'alerte et d'informations ont été engagées car il est "évidemment nécessaire de faire preuve de vigilance".

Selon le Parisien, le ministère a envoyé un "message d'alerte rapide" à tous les hôpitaux sur la conduite et les règles à adopter face à un cas suspect.

La Direction générale de la santé (DGS) a également réactualisé la procédure d'accueil à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle des passagers en provenance des pays où sévit le virus Ebola. "Dans l'hypothèse où les symptômes se déclareraient lors d'un vol Guinée-Paris, Air France a assuré une information spécifique auprès du personnel navigant de façon à ce que les premières mesures d'isolement d'un passager malade soient mises en place", indique la DGS dans sa note rapportée par le quotidien.

En outre, le ministère des Affaires étrangères a publié deux notes d'alerte aux voyageurs concernant la Guinée et le Liberia : "Il est déconseillé de se déplacer ou de séjourner dans la zone du foyer de l'épidémie" en Guinée forestière et dans les zones frontalières avec la Guinée.

 

Taux de létalité pouvant atteindre 90%

Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques et/ou les tissus des sujets infectés, hommes ou animaux vivants ou morts.

Aucun vaccin ou traitement spécifique n'existe contre ce virus, dont le taux de létalité peut atteindre 90%, selon l'OMS.

La maladie se caractérise par l'apparition de fièvre, de myalgies (douleurs musculaires), de céphalées (maux de tête) et d'irritation de la gorge puis surviennent les vomissements, la diarrhée, une éruption cutanée, une insuffisante rénale et hépatique et dans certains cas des hémorragies internes et externes.

 

Le virus Ebola inquiète

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles