Migrants: renforts policiers autour du port de Calais

Des migrants à Calais le 2 juillet 2014 [Denis Charlet / AFP/Archives] Des migrants à Calais le 2 juillet 2014 [Denis Charlet / AFP/Archives]

Le préfet du Pas-de-Calais, Denis Robin, a annoncé lundi l'arrivée de 40 policiers supplémentaires pour "améliorer la protection" du port de Calais, d'où plusieurs centaines de migrants tentent de passer chaque jour en Angleterre.

"J'ai obtenu des renforts supplémentaires sur le port de Calais pour améliorer la protection et assurer une surveillance sur la totalité de la nuit, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent", a déclaré le préfet lors d'un point presse.

Une demi-compagnie de CRS, soit environ 40 policiers, est affectée depuis la nuit de dimanche à lundi sur la zone portuaire, en complément de deux autres demi-compagnies, a-t-il précisé.

Cette mesure vise à endiguer "la pression migratoire extrêmement forte sur le port de Calais", alors que les candidats à l'exil, qui recherchaient auparavant "la plus grande discrétion" dans leur tentative de passage en Angleterre, "opèrent maintenant directement sur les rocades d'accès du port et en très grand nombre, essayant peut-être de saturer les dispositifs de sécurité mis en place", a expliqué M. Robin.

L'augmentation du nombre de migrants, "de l'ordre de 50% en quelques mois", entraîne "une augmentation de l'insécurité, pour les migrants eux-mêmes", a-t-il déploré, citant en exemple une rixe entre "100 et 150 personnes" qui a fait 13 blessés légers dans la nuit de dimanche à lundi, "peut-être pour des logiques de territoire".

La rixe a éclaté dans la zone industrielle des Dunes, à proximité de l'usine Tioxide, squattée par plusieurs centaines de migrants et qui fait l'objet, tout comme un autre squat de la ville établi depuis le 12 juillet sur un ancien site de recyclage de métaux, d'une décision de justice d'évacuation.

Outre les tensions entre communautés et entre migrants et chauffeurs de poids-lourds, la "pression migratoire" présente un "risque" d'une baisse de "l'attractivité du port de Calais" et de l'activité économique, a estimé M. Robin.

Le préfet a appelé les opérateurs économiques et la mairie à prendre aussi leurs "responsabilités", demandant aux transporteurs routiers de "fermer leurs remorques" pour empêcher les migrants d'y monter, et à la ville de Calais de "réfléchir à une fluidification de la circulation" pour "gommer les points de ralentissement qui créent une attraction".

Entre 1.200 migrants et 1.300 migrants, majoritairement originaires d'Afrique de l'Est, sont actuellement présents à Calais, a indiqué M. Robin.

Vous aimerez aussi

Les conditions de vie difficiles des migrants à Nantes
Réfugiés Les conditions de vie difficiles des migrants à Nantes
Des migrants débarquent dans le port de Pozzallo, le 19 juin 2018 en Sicile [Giovanni ISOLINO / AFP/Archives]
Immigration Italie : les 450 migrants ont tous débarqué
Immigration Migrants : Salvini veut «des garanties» pour faire accoster un navire italien

Ailleurs sur le web

Derniers articles