Vol AH5017 : une des boîtes noires défectueuse

Les enquêteurs le 29 juillet 2014 sur le site de l'accident de l'avion d'air Algérie qui s'est écrasé le 24 juillet au Mali, faisant 116 morts [Sia Kambou / AFP/Archives]

Selon les informations d'Europe 1, la deuxième boîte noire censée enregistrer les conversations des pilotes de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasée au Mali le 24 juillet, ne pourra pas être exploitée par les enquêteurs car elle ne fonctionnait pas au moment du vol.

 

Alors que la première boîte noire, qui enregistre toutes les données de l'avion a pu être lu par le bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) fin juillet, la deuxième boîte noire censée enregistrer les conversations des pilotes ne fonctionnait pas au moment du vol pour une raison inconnue, a-t-on appris ce matin par Europe 1.

 

Bande endommagée

Appelée également "cockpit voice recorder", la bande magnétique enregistre en principe tout ce qui se passe dans le cockpit à savoir : les échanges radio avec les contrôleurs aériens, les conversations des pilotes ainsi que les bruits des boutons ou des alarmes.

Il sera donc difficile pour les enquêteurs de retracer le scénario de l'accident  D'ailleurs, ces derniers avaient déjà prévenus il y a quelques jours que la bande récupérée dans la deuxième boîte noire avait été abimée, froissée et parfois coupée à cause du crash.

 

Désintégré en plein vol ?

Selon Rémi Jouty, le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), l'avion "ne s'est pas désintégré en plusieurs morceaux en vol", a-t-il précisé lors d'un point presse. Il n'exclut pas pour autant "la thèse d'une action délibérée".

 "Je ne pense pas que l'on puisse à ce stade exclure la thèse d'une action délibérée, mais on ne peut pas en dire plus pour l'instant", a-t-il ajouté.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles