Le gouvernement demande à la Ligue de tirer "les conséquences" des violences de Bastia

Les ministres des Sports et de l'Intérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve, entourent le Premier ministre Manuel Valls, lors d'un match le 19 avril 2014 au stade de France [Franck Fife / AFP/Archives] Les ministres des Sports et de l'Intérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve, entourent le Premier ministre Manuel Valls, lors d'un match le 19 avril 2014 au stade de France [Franck Fife / AFP/Archives]

Le gouvernement a demandé dimanche à la Ligue de football professionnel (LFP) de "se saisir des violences inadmissibles" en marge du match Bastia-Marseille samedi, et "d'en tirer, à son niveau, toutes les conséquences".

Les ministres des Sports et de l'Intérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve, rencontreront "dans les tout prochains jours" les responsables de la LFP, ont-ils indiqué dans un communiqué commun.

Les violences sont survenues "avant la rencontre, alors" que les forces de l'ordre "protégeaient l'arrivée du bus des joueurs de l'OM, et après le match, alors qu'elles garantissaient la sécurité de la sortie des supporters marseillais", ont-ils précisé.

Quarante-quatre policiers et gendarmes ont été blessés ou victimes de contusions, cibles, selon les ministres, de "jets de projectiles et d'engins explosifs agricoles", selon les ministres.

"Sans attendre, les investigations en cours permettront aux services de police d'identifier les fauteurs de troubles, de les présenter à la justice et de prendre à leur encontre les sanctions nécessaires, notamment sous la forme d'interdictions de stade", ont prévenu Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve.

Vous aimerez aussi

Enquête Détenu frappé au tribunal de Paris : le policier mis en examen
Un homme, qui retenait en otage sa fillette, est mort, alors que le GIGN a donné l'assaut pour récupérer l'enfant [MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives]
Haute-Vienne Une fillette retenue par son père délivrée par le GIGN, l'homme retrouvé mort
Plusieurs agressions sexuelles auraient eu lieu dans l'enceinte du conservatoire de Tours.
Pédophilie Le chef de chœur du conservatoire de Tours accusé d'abus sexuels au sein même de l'établissement

Ailleurs sur le web

Derniers articles