Un ingénieur musulman se bat pour regagner l'accès à des sites nucléaires

L'ingénieur a saisi une nouvelle fois la justice après s'être vu refuser en mars l'accès à la centrale de Nogent-sur-Marne suite à un avis défavorable de la préfecture de l'Aube [Jacques Demarthon / AFP/Archives] L'ingénieur a saisi une nouvelle fois la justice après s'être vu refuser en mars l'accès à la centrale de Nogent-sur-Marne suite à un avis défavorable de la préfecture de l'Aube [Jacques Demarthon / AFP/Archives]

Un ingénieur musulman, employé par un sous-traitant d'EDF, s'est engagé dans une bataille judiciaire pour regagner son autorisation d'accès aux centrales nucléaires, suspendue après un avis défavorable de la préfecture de l'Aube, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Employé depuis février 2012 par la même société, l'intéressé avait obtenu une autorisation d'accès aux sites nucléaires en 2012 et 2013. Mais en mars, il s'est vu refuser l'accès à la centrale de Nogent-sur-Marne suite à un avis défavorable de la préfecture de l'Aube.

"Il est inconnu des services de police, n'a pas de casier judiciaire. On soupçonne que c'est sa religion qui a posé problème", a commenté l'avocat du Collectif contre l'islamophobie (CCIF), Me Sefen Guez Guez qui le défend.

L'avis de la préfecture n'était pas motivé car il est "couvert par le secret défense", mais "il va de soi que le préfet n'a pas émis un avis défavorable en fonction de critères de religion ou de race. On juge sur des éléments liés à la sécurité", a répondu le cabinet du préfet.

En juin, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne avait toutefois estimé qu'il y avait "un doute sérieux sur la légalité de la décision" puisque "ni EDF, ni le préfet de l'Aube n'ont précisé quelles caractéristiques justifiaient l'interdiction d'accès".

Le juge avait alors suspendu l'interdiction et l'ingénieur avait pu rentrer dans quelques centrales, selon son avocat. Mais en juillet EDF lui a de nouveau refusé l'accès à un site en s'appuyant sur le même avis. Il a donc introduit un nouveau référé qui sera examiné lundi à 11H00, toujours à Châlons.

"C'est un serpent qui se mord la queue, a regretté la préfecture. La réglementation ne prévoit pas la motivation de l'avis du préfet et le tribunal administratif ne fait que constater qu'il n'est pas motivé".

En janvier le tribunal administratif de Nice avait annulé à deux reprises un arrêté pris par le préfet des Alpes-Maritimes qui suspendait l'habilitation d'un employé musulman de l'aéroport de Nice. Le juge avait estimé que la décision ne comportait "aucun élément matériel précis et circonstancié".

Vous aimerez aussi

Dans une galerie du centre industriel de stockage géologique (Cigéo) à Bure dans la Meuse, le 16 avril 2018 [FRANCOIS NASCIMBENI / AFP/Archives]
Environnement Plus d'1 million de m3 de matières et déchets radioactifs en France
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo (centre) lors de sa visite à Pyongyang, le 7 juillet 2018 [Andrew Harnik / POOL/AFP]
Corée du Nord Désarmement nucléaire: Pyongyang rejette les méthodes de «gangster» des Etats-Unis
Sécurité Vidéo : un drone-superman de Greenpeace s'écrase contre une centrale nucléaire

Ailleurs sur le web

Derniers articles