L'homme qui avait hébergé Julia renvoyé en correctionnelle

L'homme est soupçonné par les enquêteurs d'attouchements sexuels sur l'adolescente en fugue qu'il a hébergée pendant quatre jours [Loic Venance / AFP/Archives] L'homme est soupçonné par les enquêteurs d'attouchements sexuels sur l'adolescente en fugue qu'il a hébergée pendant quatre jours [Loic Venance / AFP/Archives]

Un homme d'une soixantaine d'années, qui avait hébergé durant quatre jours Julia, une fugueuse de 14 ans retrouvée mardi, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nice pour agression sexuelle et détournement de mineur, a-t-on appris auprès du parquet.

 

L'individu, presque septuagénaire, sera jugé le 8 septembre dans le cadre "d'une convocation par procès verbal pour des faits +d'agression sexuelle+ et +soustraction sans fraude ni violence d'un mineur par un tiers+", a indiqué à l'AFP le procureur adjoint de Nice Hervé Leroy. "La jeune fille n'a pas été violée", a-t-il ajouté.

Ces poursuites ont été engagées par le parquet à l'issue de la garde à vue qui avait débuté mercredi matin. L'homme devait être présenté jeudi soir à un juge des libertés et de la détention en vue de statuer sur une demande "de contrôle judiciaire strict" réclamée par le parquet.

Après une prolongation de garde à vue, le procureur de la République de Nice, Eric Bedos, avait précisé mercredi soir que l'homme aurait eu "des gestes déplacés" sans toutefois exercer de "menaces ou de violences".

 

Retrouvée "apeurée et fatiguée"

Cet homme avait croisé le chemin de la jeune fugueuse le 8 août et lui avait proposé de l'héberger dans son petit appartement niçois.

Les parents de la jeune fille avaient signalé la disparition de Julia qui avait quitté vendredi soir à pied le domicile familial situé à Biot, à une vingtaine de kilomètres de Nice, après une dispute avec son père.

Immédiatement un important dispositif de recherche avait été déployé par la gendarmerie tandis que des portraits de la fugueuse étaient largement distribués.

C'est ainsi qu'une femme avait reconnu mardi après-midi la jeune fille errant dans les rues de Nice, apparemment "apeurée et fatiguée", avait-elle expliqué, et l'avait conduite à la police.

 

Vous aimerez aussi

La capitaine de l'équipe croate aurait menti aux juges à propos d'une affaire de corruption.
Justice Coupe du monde : Luka Modric, le champion croate bientôt derrière les barreaux ?
L'ex-secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé le 11 juillet 2018, jugé en correctionnelle pour "violences, injures à caractère racial et outrage à agents" après une nuit mouvementée en avril dans un bar parisien [JACQUES DEMARTHON / AFP]
Justice Violences et outrages : 6 mois avec sursis requis contre Jean-Vincent Placé
Justice Perpétuité pour l'unique rescapée d'un trio néonazi en Allemagne

Ailleurs sur le web

Derniers articles