Elle appelle les gendarmes 637 fois en 2 jours

Un gendarme le 9 janvier 2014 à Arras, dans le nord de la France [Denis Charlet / AFP/Archives] Un gendarme le 9 janvier 2014 à Arras, dans le nord de la France [Denis Charlet / AFP/Archives]

Une jeune femme de 24 ans a été condamnée mardi par le tribunal correctionnel de Bourges à six mois de prison, dont trois mois ferme, après avoir appelé 637 fois la gendarmerie en deux jours la semaine dernière.

Jennifer Bordat n'en est pas à son coup d'essai: cette jeune femme sans emploi est déjà passée à onze reprises devant un tribunal pour avoir composé compulsivement le 17 la mettant en relation avec le Centre opérationnel de gendarmerie (COG) ou pour des outrages aux gendarmes de Saint-Florent (Cher), où elle réside.

A l'occasion de son jugement mardi en comparution immédiate, le tribunal de Bourges a également révoqué le sursis avec mise à l'épreuve d'une précédente condamnation à quatre mois de prison, qui lui avait été infligée le 4 juillet dernier pour avoir là encore harcelé la maréchaussée.

Une expertise psychiatrique ordonnée pour le précédent procès, le mois dernier, avait diagnostiqué des "troubles graves de la personnalité", des "troubles anxieux et dépressifs" et une "altération du discernement".

Évoquant un "dossier désespérant", M. Emmanuel Delorme, substitut du procureur, a comparé Jennifer à un "punching-ball. Plus on tape, plus vous revenez. Vous dites à chaque fois que vous allez arrêter, mais vous recommencez sans arrêt. C’est plus fort que vous".

La jeune femme, qui refuse énergiquement toute hospitalisation, a été immédiatement incarcérée à la prison du Bordiot, à Bourges.

 

Vous aimerez aussi

Quai des Orfèvres «Un homme très galant, élégant» : le portrait élogieux du policier accusé du viol d'une Canadienne aux Assises
Croquis d'audience montrant Mehdi Nemmouche lors de son procès à Bruxelles le 10 janvier 2019. [Benoit PEYRUCQ / AFP]
Justice Mehdi Nemmouche face à la douleur des proches et au film de la tuerie
Croquis d'audience montrant Mehdi Nemmouche le 10 janvier 2019 lors de son procès à Bruxelles  [BENOIT PEYRUCQ / AFP]
Justice Tuerie du musée juif de Bruxelles : «Nemmouche n'est pas le tueur», affirment ses avocats

Ailleurs sur le web

Derniers articles