Intermarché juge "prématuré" d'évoquer une reprise de l'abattoir Gad

Un boucher découpe une piéce de boeuf au rayon boucherie d'un Intermarché, de Chalonnes-sur-Loire, en décembre 2004 [Frank Perry / AFP/Archives] Un boucher découpe une piéce de boeuf au rayon boucherie d'un Intermarché, de Chalonnes-sur-Loire, en décembre 2004 [Frank Perry / AFP/Archives]

Les abattoirs SVA Jean Rozé, filiale d'Intermarché, ont jugé mercredi "prématuré" d'évoquer une reprise de leur concurrent Gad, au lendemain de propos du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll annonçant le dépôt d'une offre d'ici 10 à 15 jours.

Il est "prématuré de considérer qu’une offre ferme de reprise sera prochainement déposée" sur l'abattoir porcin Gad de Josselin (Morbihan, 950 salariés), a fait savoir SVA Jean Rozé dans un communiqué.

"A ce stade, ce dossier est toujours dans un processus d’instruction nécessaire et préalable à une prise de décision éventuelle de reprise", explique la société basée à Vitré (Ille-et-Vilaine).

"Ce travail s’inscrit dans un calendrier maîtrisé, tenant compte de nos impératifs industriels et économiques. Il progresse en fonction des éléments d’information que nous obtenons et qui doivent permettre de répondre à nos objectifs stratégiques", ajoute le communiqué.

Lors d'une réunion mardi à Paris, Stéphane Le Foll a assuré aux représentants des salariés qu'Intermarché déposerait une offre de reprise d'ici dix à quinze jours.

M. Le Foll "nous a confirmé qu'Intermarché était très intéressé et qu'une offre devrait être déposée fin août ou au pire dans les tout premiers jours de septembre", a déclaré Patrick Piguel, délégué central CFDT, lors d'un point presse à la sortie de la réunion.

La direction de l'abattoir de Josselin a annoncé le 9 août son intention d'ouvrir une procédure de liquidation judiciaire, ouvrant ainsi la porte à une éventuelle reprise par Intermarché.

Gad est une filiale du groupe coopératif morbihanais Cecab, surtout connu pour ses conserves D'Aucy.

Placée en redressement judiciaire en février 2013 suite à des problèmes de trésorerie, Gad a supprimé près de 900 emplois l'été suivant, principalement sur son second abattoir, à Lampaul-Guimiliau (Finistère).

Un comité central d'entreprise est prévu vendredi à Rennes.

Vous aimerez aussi

Les images montrent les conditions de vie déplorables des poulets d'élevage de la marque Maître Coq.
Maltraitance animale Vidéo : L214 dénonce un élevage de poulets aux antibiotiques
Maltraitance animale Vidéo : L214 dénonce un élevage de porcs dans le Tarn
Maltraitance animale Les élevages d’animaux à fourrure interdits en Norvège d'ici à 2025

Ailleurs sur le web

Derniers articles