Paris célèbre les 70 ans de sa libération

Un char de la division Leclerc le 25 août 1944 à Paris [Stf / AFP] Un char de la division Leclerc le 25 août 1944 à Paris [Stf / AFP]

Paris fête lundi les 70 ans de sa libération, l'occasion pour François Hollande d'achever un cycle de commémorations qui passera par l'Ile de Sein (Finistère) avant de s'achever dans la soirée dans la capitale, avec un bal populaire.

 

Point commun entre l'Ile de Sein et Paris: toutes deux font partie du cercle très fermé des communes faites "Compagnon de la Libération" par le général de Gaulle, au même titre que Nantes, Grenoble et Vassieux-en-Vercors (Drôme).

Sur l'Ile de Sein, M. Hollande visitera le Musée de la Résistance, avant une cérémonie au monument de la Résistance, et un déjeuner avec des élus et des anciens combattants.

Située au large de la pointe du Raz, la petite île bretonne (56 hectares) a vu une grande partie de sa population masculine en âge de combattre refuser l'Armistice du 22 juin 1940 et rallier l'Angleterre, principalement les 24 et 26 juin. En tout 128 Sénans répondront à l'Appel du général de Gaulle à continuer le combat.

A Paris, le président de la République se rendra à 20H00 à la préfecture de police, où il dévoilera une plaque commémorative. Il participera ensuite à une cérémonie sur le parvis de l'Hôtel de Ville, aux côtés notamment du Premier ministre Manuel Valls, du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, du secrétaire d'Etat en charge des Anciens combattants Kader Arif, du président du Sénat Jean-Pierre Bel (PS), et bien sûr de la maire de Paris Anne Hidalgo (PS).

 

160 artistes, 200 techniciens 

Après un passage en revue des troupes, et un discours d'Anne Hidalgo et de François Hollande, un spectacle son et lumière utilisant la technique du "vidéomapping" sera projeté sur la façade de l'Hôtel de Ville. Le spectacle, qui retracera les grandes étapes de la seconde guerre mondiale en France, jusqu'à la Libération, dévoilera des centaines d'images d'archives inédites, et mettra à contribution 160 artistes et 200 techniciens, selon le dossier de presse de la Ville.

Place à la danse ensuite, avec un "bal populaire" rappelant les bals spontanés qui fêtèrent l'entrée de la 2e division blindée du général Leclerc dans la capitale et la capitulation de l'occupant allemand.

Un soldat de la division Leclerc acclamé par la foule  place de  l'Hôtel de Ville, le 26 août 1944 à Paris<br />
 [- / AFP/Archives]http://static.directmatin.fr/sites/default/files/styles/image_630_315/pu..." typeof="Image" width="630" />
Photo
ci-dessus
Un soldat de la division Leclerc acclamé par la foule place de l'Hôtel de Ville, le 26 août 1944 à Paris

Cette journée vient pour le président de la République conclure un trimestre ponctué par les commémorations, le 6 juin sur les plages du Débarquement en Normandie, le 3 août sur le site d'Hartmannswiller (Alsace) pour célébrer l'amitié franco-allemande, et le 15 août en Provence sur les traces de l'armée d'Afrique.

A Paris, les célébrations de l'Hôtel de Ville seront le point d'orgue d'une semaine mémorielle entamée le 19 août, par une cérémonie à la préfecture de Police au cours de laquelle le Premier ministre et ancien ministre de l'Intérieur Manuel Valls a salué le "sacrifice" des policiers.

Dimanche, Anne Hidalgo et Kader Arif ont rendu un émouvant hommage aux combattants espagnols antifascistes de la "Nueve", cette avant-garde de la 2e DB qui fut la première à rallier l'Hôtel de Ville de Paris, dès le 24 août 1944.

La maire de Paris y a rappelé, comme elle devrait le faire lundi soir, la dimension symbolique de la libération de la Ville lumière, qui fut célébrée "dans le monde entier". "Libérer Paris c'était d'une certaine façon avoir déjà le début de cette victoire tant attendue contre le fascisme, contre le nazisme", a-t-elle déclaré devant un auditoire comptant quelques centaines de personnes.

L'affluence devrait être plus importante lundi soir, la Ville espérant faire communier dans une atmosphère "mémorielle et festive" toutes les générations, avec l'aide inattendue d'une figure emblématique des bals rétro, la Baronne de Paname.

 

 

 

Vous aimerez aussi

Histoire La bague de Ponce Pilate découverte en Palestine
Histoire 21% des Français de 18 à 24 ans n'ont jamais entendu parler de la Shoah
Histoire Pourquoi la Tour de Pise penche-t-elle ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles