Berger (CFDT) dénonce un rythme de réduction des déficits "trop brutal"

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, le 7 juillet 2014 à Paris [Benoît Tessier / Pool/AFP/Archives] Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, le 7 juillet 2014 à Paris [Benoît Tessier / Pool/AFP/Archives]

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, souhaite que le rythme de réduction des déficits, soit "revu", le jugeant "trop brutal", dans un entretien mardi au Parisien/Aujourd'hui en France.

Alors que la nouvelle équipe gouvernementale de Manuel Valls doit être connue mardi, débarrassée des ministres qui, tels Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, contestaient les choix économiques de l'exécutif, "cette crise politique, c'est d'abord l'absence de responsabilité des uns et des autres", estime le leader syndical.

"Au moment où il y a une grave crise économique, sociale et citoyenne, on ne parle dans cette rentrée que de remaniement, de posture des uns et des autres, de leur amertume", se désole M. Berger.

Or, "pour la CFDT, l'échéance n'est pas l'élection présidentielle de 2017 ! Notre cap et notre seul camp, ce sont les salariés et les chômeurs".

A ce titre, rejoignant l'une des principales critiques des ministres évincés, le numéro un de la CFDT conteste "le rythme de la réduction des déficits (qui) devrait être revu" car "il est trop brutal et pèse sur le financement des politique de solidarité dont les gens ont fortement besoin".

Refusant toutefois de prendre position dans la querelle interne à la gauche - "ce n'est pas mon rôle" - Laurent Berger estime que la priorité du nouveau gouvernement doit être d'"accélérer tout ce qui permet de créer de l'emploi".

Il attend également de Manuel Valls, mercredi à l'université du Medef, "qu'il fixe des limites au patronat" et que ce dernier "tienne (les) engagements" pris en termes de soutien à l'emploi dans le pacte de responsabilité.

Vous aimerez aussi

Automobile Blanquefort : Ford préfère fermer l'usine plutôt qu'une reprise
Pauvreté : encore un problème majeur en France en 2018
Social Pauvreté : encore un problème majeur en France en 2018
Social Grève du mardi 9 octobre : quelles perturbations à la SNCF et la RATP ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles