Jacques Attali préconise une union économique francophone

Jacques Attali à l'elysée le 21 septembre 2013 pour la remise de son rapport sur l'"économie positive" [Etienne Laurent / POOL/AFP/Archives] Jacques Attali à l'elysée le 21 septembre 2013 pour la remise de son rapport sur l'"économie positive" [Etienne Laurent / POOL/AFP/Archives]

La francophonie présente un potentiel économique énorme qu'il convient d'exploiter, notamment en réfléchissant à une union économique francophone, a conseillé l'économiste Jacques Attali dans un rapport consacré à "la dimension économique de la francophonie" remis mardi au président de la République.

"Il faudrait aller vers une union francophone potentiellement aussi forte et intégrée que l'Union européenne afin de renforcer la coopération sur des secteurs économiques essentiels", a expliqué M. Attali lors de la présentation de son rapport à la presse.

Recherche, santé, culture, enseignement, nouvelles technologies, les secteurs sur lesquels pourrait se concentrer cette union sont nombreux selon Jacques Attali, qui a annoncé la création d'un groupe de travail pour examiner les propositions de son rapport.

Car selon l'économiste, le potentiel est énorme, si le nombre de Francophones dans le monde, qui pourrait atteindre 770 millions de personnes en 2050, augmente bel et bien.

"Nous pouvons perdre beaucoup mais également beaucoup y gagner. L'impact de la francophonie peut représenter jusqu'à un million d'emplois et 50 milliards de dollars au niveau de la balance des paiements", a-t-il estimé.

Pour Jacques Attali, "l'enjeu est considérable mais trop souvent considéré comme anecdotique", en limitant la coopération dans le domaine de la francophonie aux seules questions culturelles.

Parmi les propositions, figure également la création d'un groupe privé de lycées français de l'étranger "aux côtés du réseau existant", afin de "répondre à la demande très importante d'enseignement en français" dans le monde entier.

Pour autant, cet enseignement ne doit pas uniquement s'adresser aux élites, a estimé M. Attali, pour qui "l'enseignement de base en langue française est l'une des clés de la réussite pour le développement de ce potentiel économique".

"Si rien n'est fait, le Français peut disparaître mais avec des efforts, les francophones peuvent être jusqu'à 770 millions en 2050. C'est un potentiel de croissance économique considérable. Il faut considérer que c'est un moteur majeur de croissance, il y a une nécessité à en faire une priorité", a conclu Jacques Attali.

Vous aimerez aussi

Le ministre délégué marocain chargé des affaires de la migration Abdelkrim Benatiq,  prononce un discours devant le forum mondial sur la migration et le développement, à Marrakech, le 5 décembre 2018 [FADEL SENNA / AFP]
Diplomatie Le Pacte sur les Migrations adopté lundi au Maroc malgré les défections
Le logo de l'Organisation des Nations unies (ONU) au siège de l'organisation à New York, le 25 septembre 2018 [Ludovic MARIN / AFP/Archives]
Conflit Yémen : pourparlers de paix en Suède sur fond d'urgence humanitaire
Diplomatie Le Britannique accusé d'espionnage «torturé psychologiquement» aux Emirats Arabes Unis

Ailleurs sur le web

Derniers articles