Bébé disparu : les étangs sondés sans succès

L'aire de loisirs où les parents ont affirmé que leur bébé avait été enlevé.[THIERRY ZOCCOLAN / AFP]

Les recherches restaient infructueuses vendredi autour de la base de loisirs de Chénérailles, dans la Creuse, pour tenter de retrouver un bébé de quatre mois dont les parents affirment qu'il a été enlevé par un inconnu, sans dissiper les interrogations autour de cette affaire.

 

Plus de 36 heures après la disparition signalée par ses parents mercredi soir, les recherches pour retrouver Loan se sont poursuivies vendredi.

Après avoir ratissé une forêt voisine, les gendarmes ont concentré leurs efforts sur deux plans d'eau situés sur l'aire de loisirs où les parents, domiciliés à Lavaveix-les-Mines, à une dizaine de kilomètres de là, ont affirmé que leur bébé avait été enlevé.

Trois plongeurs de la brigade d'Arcachon, dépêchés dans la matinée de Gironde, ont passé au peigne fin pendant plusieurs heures les deux étangs de faible profondeur, sans résultats.

Parallèlement, un hélicoptère, déjà engagé jeudi, pourrait procéder en fin d'après-midi à un nouveau survol de la zone, particulièrement boisée. Au total, une trentaine de militaires et gendarmes, essentiellement de la compagnie d'Aubusson, sont déployés sur la zone. Un périmètre de sécurité a été mis en place, entraînant plusieurs déviations de circulation.

 

"Pas de garde à vue"

Longuement interrogés chez eux jeudi, les parents ont indiqué aux enquêteurs de la section de recherches de Limoges que l'enfant, prénommé Loan, qui présenterait des "problèmes de santé", se trouvait dans un couffin de type "cosy", près de leur véhicule, garé non loin d'eux sur une aire de loisirs où ils jouaient à la pétanque, lorsque "après un moment d'inattention, ils ont aperçu un individu s'enfuyant avec le cosy et le bébé".

Le Parquet se refusait toujours jeudi soir à qualifier les faits, ne souhaitant pas se prononcer sur la piste d'un enlèvement ou d'une disparition. Le dispositif alerte-enlèvement n'a par ailleurs pas été déclenché. Aucune garde à vue n'a été prononcée.

Selon le quotidien La Montagne, le couple domicilié à Lavaveix-les-Mines, à environ 25 km au sud-est de Guéret, est suivi par les services sociaux. Citant un proche, le quotidien indique que le père de famille, un maçon de 31 ans, a été touché récemment par un drame familial concernant son frère.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles