Rythmes scolaires : un "retour à la raison" ?

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem.[MARTIN BUREAU / AFP]

Alors que le mouvement de contestation des rythmes scolaires s'épuise, la ministre prévoit un prochain retour à la normale.

On prévoyait la grande pagaille, mais  Najat Vallaud-Belkacem prédit un retour à la normale dans les jours qui viennent.

Lancée dans le grand bain de l'Éducation nationale, son nouveau ministère, avec la généralisation de la réforme des rythmes scolaires, la ministre estime que les maires récalcitrants sont désormais "revenus à la raison". Et d’avancer sur I-Télé : "Tout le monde est rassemblé autour de l’intérêt de l'enfant". 

 

Ils «vont s'y plier» 

La semaine dernière, juste après la rentrée, une vingtaine des 24 000 communes concernées par la réforme cette année avaient montré leur désaccord le mercredi, où la demi-journée supplémentaire d’enseignement a été réinstallée. 

En cadenassant les établissements, voire en retirant les poignées de portes d’entrée, ils avaient tenu tête au ministère. Mais cette rébellion a entraîné des contre-attaques juridiques de la part des préfectures, obligeant les villes "anti" à rentrer dans le rang.  

Cette semaine, la fronde s’est poursuivie dans trois communes, à Ganzeville (Seine-Maritime), Janvry et Brières-lès-Scellés (Essonne). La ministre les a appelées mercredi à rouvrir leurs portes la semaine prochaine, afin de "ne pas pénaliser les élèves". Elle se disait jeudi persuadée que ces derniers frondeurs "vont (se) plier" à la réforme. 

Najat Vallaud-Belkacem met notamment en avant la pression des parents, qui comprennent selon elle que ces fermetures sont "autant de perte de temps pour les apprentissages".

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles