On lui envoie la corde ayant servi au suicide de son mari

Elle reçoit par la poste la corde ayant servi au suicide de son mari[AFP]

Le 28 février dernier, Jean-Michel Reboul, 49 ans, se suicidait par pendaison sur son lieu de travail. Réclamant les effets personnels de son mari, sa veuve a eu la macabre surprise il y a trois mois de recevoir par la Poste la corde ayant servi au suicide.

 

En recevant chez elle à Berck (Pas-de-Calais) il y a trois mois un colis de 8 kilos en provenance de l’entreprise de son défunt mari, Lysiane Reboule est loin d’imaginer l’horreur qui l’attend. A l'intérieur du paquet, censé contenir les effet personnels de Jean-Michel, elle découvre un tee-shirt, des chaussettes, une trousse à crayons et … une corde. Mais pas n’importe quelle corde.

Il s’agit en fait de celle utilisée par son mari lorsqu’il s’est pendu sur son lieu de travail, le 28 février dernier. Son corps avait été retrouvé par des collègues dans le hangar où il officiait. Selon sa femme, ce suicide pourrait s’expliquer par un contexte professionnel éprouvant moralement. Jean-Michel Reboul se sentait en effet brimé par ses collègues depuis des années.

 

Harcèlement

Des circonstances qui ont poussées la veuve à faire reconnaitre auprès de la police le harcèlement dont son mari était victime. Une plainte encore aujourd’hui en instruction selon la Voix du Nord, qui révèle l’affaire.

Elle a également essayé d’obtenir la reconnaissance de ce suicide comme un accident du travail. Une qualification que l’inspection du travail aurait réfuté, le suicidé ne portant pas ses chaussures de sécurité, équipement essentiel dans le cadre de son emploi, au moment des faits.

 

"Bourde"

C’est finalement en relançant plusieurs fois l’entreprise pour réclamer les effets personnels de son mari qu’elle a reçu le macabre paquet. Cherchant à obtenir des explications, elle a appelé la direction, qui lui a confirmé qu'il s'agissait de la corde ayant servi au suicide.

Le patron, qui s’est excusé, a toutefois expliqué qu’il s’agissait d’une bourde, la corde s’étant retrouvé, pour les besoins de l’enquête, dans la même boîte que les effets personnels du défunt.

Lysiane Reboul y croit moins. Selon elle, il s’agirait d’un geste d’intimidation comparable à ceux que son mari subissait. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles