La perpétuité requise pour l'assassin présumé d'une lycéenne à Laon

Illustration.[AFP]

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise mercredi devant les assises de l'Aisne, à Laon, à l'encontre de Lewis Peschet, un jeune homme de 21 ans en proie à des "pulsions morbides", accusé d'avoir sauvagement assassiné en 2012 une camarade de lycée.

 

Pointant le risque de récidive majeure pour "cet homme d'une perversité inouïe qui se nourrit de la monstruosité de son acte", l'avocat général a réclamé la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans.

Fidèle à son attitude durant les trois jours d'audience, l'accusé a écouté avec attention les propos du magistrat se laissant aller à quelques sourires à l'évocation de son caractère ultra-violent.

Adolescent abreuvé de films d'horreur et de livres sur les tueurs en série, le jeune homme, alors élève en terminal en littéraire au style gothique, avait décidé de "tuer quelqu'un pour répondre à des pulsions morbides après une déception amoureuse", selon les psychiatres.

"Je m'ennuyais tout le temps, alors j'ai cherché quelque chose qui me procure des émotions", a-t-il lâché laconiquement devant les jurés pour expliquer son geste.

"L'envie de tuer quelqu'un est devenue obsessionnelle", a-t-il expliqué encore en évoquant son état d'esprit après cette rupture.

Le 19 avril 2012, Lewis Peschet donnait rendez-vous à Sonia, une élève de 17 ans d'un autre lycée qui avouait un faible pour ce "garçon étrange", près des ruines de l'abbaye Saint-Vincent sur les hauteurs de Laon.

Le lendemain, son ex-petite amie se rendait en pleurs à la gendarmerie pour dénoncer l'accusé qui venait de lui dire qu'il avait tué Sonia.

"Je l'ai enfin fait, ce n'est pas aussi bien que ce que je pensais", lui avait-t-il confié.

Interpellé à la sortie de son lycée, Lewis Peschet avait rapidement reconnu les faits puis indiqué l'emplacement du corps de sa victime dissimulé sous des tôles. L'autopsie révélera une soixantaine de coups de couteaux avec des plaies de défense aux mains et aux bras.

Le verdict est attendu mercredi après-midi.

À suivre aussi

Pendant plus de trois heures, Jean-Marc Reiser a répondu aux questions de la juge d’instruction. Le premier interrogatoire depuis la découverte du corps de Sophie Le Tan fin octobre.
Enquête Première audition pour Jean-Marc Reiser depuis la découverte du corps de Sophie Le Tan
Justice François Bayrou mis en examen dans l’affaire des assistants parlementaires du MoDem
Justice Affaire Kulik : condamné à 30 ans de réclusion, Willy Bardon «toujours en réanimation» mais son état «a été stabilisé»

Ailleurs sur le web

Derniers articles