Opérée d'une tumeur au cerveau, Kaëna va "bien" mais n'est pas sauvée

Une tumeur maligne du cerveau avait été diagnostiquée à Kaëna en mars 2014. [CC / Phillipe Ksiazek]

La maman de Kaëna, Karine Quenou, raconte l'opération de sa petite fille atteinte d'une tumeur au cerveau par le neurochirurgien Charles Teo le 14 octobre au Luxembourg.

 

Le 8 octobre dernier, Direct matin avait appris la maladie de la petite Kaëna. Atteinte d'une tumeur au cerveau, la famille de la petite fille de 9 ans avait lancé un appel aux dons afin de récolter les 35.000 euros de l'opération.

Kaëna a été opérée par le neurochirurgien australien Charles Teo mardi au Luxembourg.

 

Une opération à hauts risques

Le Parisien rapporte que l'opération réalisée par le docteur Teo était une opération à hauts risques, considérée même par certains médecins que la maman de Kaëna avait consultés, comme "impossible" .

Mais la tante de la petite fille a annoncé sur la page Facebook de l'association "Kaëna et les lapinours" que l'opération s'était "très bien" passée.

Les médecins ont découvert au cours de l'opération que Kaëna avait en fait "deux tumeurs en une".

La tante de Kaëna a expliqué que le docteur Teo et son équipe avaient réussi à enlever 75 % de la tumeur qui est hautement maligne.

Avant l'opération l'espérance de survie de la petite n'était que de "quelques jours au maximum" , d'après l'association. Mais les proches de Kaëna restent réalistes : "Elle n'est pas sauvée encore !", a déclaré Aurélie, la tante de la petite. Il reste toujours 25% de tumeur à éradiquer.

La famille de Kaëna a annoncé qu'elle attendait les résultats du prélèvement de la tumeur pour ensuite essayer une autre thérapie.

 

Une chaîne de solidarité importante

La famille de la Kaëna a tenu à remercier toutes les personnes qui ont apporté leur soutien et qui ont permis de récolter les 35.000 euros nécessaires à l'opération.

La ville de Libourne, dans l'Aquitaine, avait même voté une subvention pour l'opération de Kaëna.

L'association a annoncé sur son site avoir reçu plus d'argent que nécessaire et que les dons excédents permettraient "d'aider d'autres enfants [cancéreux] et d'aider la recherche sur les cancers pédiatriques."

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles