Perpignan : le suspect avoue un meurtre

Gare de Perpignan.[AFP]

Le suspect, en garde à vue dans l’affaire des disparues de la gare de Perpignan, est passé aux aveux concernant le meurtre de Mokhtaria Chaïb, selon I-Télé. Une information confirmée par une source proche du dossier. Le procureur de la République a par ailleurs annoncé que le suspect sera mis en examen pour "viol avec armes en récidive et assassinat".

 

Il est "trop tôt" "pour se prononcer sur les deux autres cas", a indiqué le procureur de la République, après les aveux de Jacques R. pour le meurtre de Mokhtaria Chaïb. Par ailleurs, le suspect, arrêté mardi matin au nord de Perpignan, "comparaît en ce moment même devant un juge d'instruction, a indiqué le procureur lors d'un point de presse. Il sera mis en examen pour viol avec armes en récidive et assassinat"

"Il encourt la réclusion à perpétuité, il a passé des aveux cette nuit", a encore ajouté M. Kiriakides

L’homme de 54 ans placé en garde à vue dans l’enquête sur les disparues de la gare de Perpignan a avoué le meurtre de l’une des jeunes femmes disparues, Mokhtaria Chaïb, annonce I-Télé.

Des traces partielles d’ADN ont été retrouvées sur la chaussure de Mokhtaria Chaïb, l’une des trois jeunes femmes disparues à proximité de la gare de Perpignan entre 1995 à 1998.

Le corps affreusement mutilé de la jeune femme avait été découvert le 21 décembre 1997 au lendemain de sa disparition.

Le suspect, qui porterait le nom de Jacques R., est également soupçonné du meurtre de Marie-Hélène Gonzalez mais ses propos seraient plus ambigus concernant cette disparition.

Jacques R., magasinier-cariste, actuellement sans-emploi et sans domicile fixe, a déjà effectué des peines de prison pour des agressions sexuelles. Pour des menaces de mort contre sa concubine, il a passé 9 mois en prison en 2013-2014.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles