Sivens : pour Cazeneuve, "il ne s'agit pas d'une bavure"

Bernard Cazeneuve, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 28 octobre 2014.[LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a affirmé mardi sur Public Sénat que la mort de Rémi Fraisse lors d'une manifestation contre le barrage de Sivens n'était "pas une bavure".

 

Interrogé lors de l'émission "Preuves par trois" Public Sénat/AFP/Dailymotion, qui sera diffusée dans la soirée, M. Cazeneuve, sur le fait de savoir s'il s'agissait d'une bavure, a répondu: "Non, il ne s'agit pas d'une bavure". "On ne peut pas présenter les choses ainsi". Dans cette émission, il indique également ne pas envisager de démissionner, et critique "ceux qui attisent des flammes en s'étonnant qu'il y ait le feu".

 

"Sans attendre les résultats" de l'enquête administrative sur les conditions d'utilisation de ces projectiles, "j'ai décidé de suspendre l'utilisation des grenades offensives", a annoncé par ailleurs à la presse.

L'enquête sur la mort dimanche de Rémi Fraisse privilégie la thèse d'un décès dû à une grenade offensive lancée par les gendarmes, après la découverte de traces de TNT sur ses vêtements, a annoncé mardi le procureur d'Albi.

 

"Nous devons la vérité à la famille de Rémi Fraisse"

"J'ai décidé, compte tenu des élements communiqués par le procureur de la République, et quand bien même l'enquête qui a été engagée ne témoignerait à la fin d'aucune faute, d'engager dès aujourd'hui une inspection générale (...) destinée à déterminer les conditions d'utilisation de ces projectiles dans le cadre des opérations de maintien de l'ordre", a affirmé Bernard Cazeneuve.

Les résultats de l'inspection, demandée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) et l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), devraient être communiqués sous 15 jours au ministre de l'Intérieur, a-t-il ajouté.

 "Je souhaite que toute la vérité soit faite, le ministère de l'Intérieur contribuera à faire cette vérité, c'est un devoir moral, car on doit cette vérité à la famille et aux proches de Rémi Fraisse", a ajouté M. Cazeneuve.

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles