Le dentiste de l'horreur extradé vers la France ?

[PHILIPPE HUGUEN / AFP]

La justice néerlandaise a donné vendredi son feu vert à l'extradition vers la France du "dentiste de l'horreur", un Néerlandais soupçonné d'avoir mutilé des dizaines de patients quand il exerçait dans le centre du pays.

 

Également surnommé par les médias le "dentiste boucher", Mark van Nierop, 50 ans, est soupçonné de "maltraitances, d'escroquerie et de fraude", ont rappelé dans un communiqué les juges du tribunal d'Amsterdam.

Certains des 2.800 patients du dentiste ont souffert après ses soins, de troubles allant "d'un début de septicémie à l'infarctus, en passant par toutes sortes de problèmes dentaires", selon le collectif de victimes.

Les médias néerlandais ont également fait état de dents saines arrachées sans raisons valables ou de facturations abusives.

L'homme s'opposait à son extradition, assurant souffrir de "problèmes psychologiques" dont des "problématiques d'identité sexuelle et tendances suicidaires" nécessitant un traitement particulier disponible, selon lui, uniquement aux Pays-Bas.

Une place assurée dans une institution psychiatrique a été posée par le juge comme condition à l'extradition. Pour Nicole Martin, la présidente du collectif qui assure regrouper une centaine de victimes, c'est une "excellente nouvelle" : "c'était mon désir le plus vif", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Les victimes "ont franchi tous les obstacles" pour faire juger le Néerlandais en France, assure-t-elle, assurant que le dentiste de l'horreur avait "joué le tout pour le tout".

 

"Problèmes psychologiques"

Le dentiste de 50 ans avait été inculpé en mai 2013 par la justice française après le dépôt de plaintes de dizaines de patients. Il avait été suspendu et placé sous contrôle judiciaire pour "violences volontaires ayant entraîné une mutilation permanente", "escroquerie", "faux et usage de faux".

En infraction de son contrôle judiciaire, il s'était rendu au Canada en décembre 2013. La justice française avait alors lancé un mandat d'arrêt international et le dentiste avait été interpellé début septembre.

Lors de son arrestation, il avait affirmé avoir tué sa seconde épouse en 2006 aux Pays-Bas et avait donc été extradé vers son pays d'origine. Selon l'agence de presse néerlandaise ANP, la justice néerlandaise enquête toujours sur l'affaire et une décision sur d'éventuelles poursuites n'a pas encore été prise.

 

17 soins, 17 dents, 10 minutes

Recruté par un chasseur de tête néerlandais, Mark van Nierop s'était installé en novembre 2008 à Château-Chinon, dans la Nièvre (centre), la région étant un "désert médical".

Très populaire, le dentiste s'est vite créé une clientèle : "il était très disponible au départ et il pouvait vous accorder un rendez-vous du jour pour le lendemain à 7H30 le matin", a témoigné Gérard Martin, le mari d'une victime.

Les patients se rendent néanmoins vite compte de problèmes dans les soins prodigués par le Néerlandais. dents saines arrachées, outils cassés oubliés dans les plaies, infections à répétition...

"Il a déclaré 17 soins sur 17 dents différentes à ma femme en dix minutes, ainsi que des frais sur une dent arrachée dix ans plus tôt", a dénoncé M. Martin, précisant que le dentiste avait "fait exactement la même chose aux Pays-Bas".

 

"On était pour lui des cartes bancaires et des cartes Vitale"

Avant de se faire oublier et de s'installer en France, le dentiste était poursuivi aux Pays-Bas pour des faits similaires. Un assureur néerlandais, chargé d'enquêter sur les plaintes des patients, examine notamment des frais de 7.000 euros pour le traitement de caries chez un jeune homme de 17 ans : "je n'avais jamais vu un tel ravage", assure-t-il dans un journal local. 

Nicole Martin espère, elle, un procès "d'ici un an" : "même si on trouve de l'argent, cela ne couvrira jamais tous les dommages qu'il nous a fait subir. Il faut qu'il fasse de la prison, qu'il ne s'en sorte pas comme ça".

"On était pour lui des cartes bancaires et des cartes Vitale", la carte de l'assurance maladie, "sur son siège", a-t-elle fustigé.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles