Manif de Toulouse : 17 gardes à vue maintenues

Image d'illustration.[PASCAL PAVANI / AFP]

Dix sept personnes ont été maintenues dimanche en garde à vue, sur 21 interpellées la veille lors d'une manifestation interdite à Toulouse contre "les violences policières" et la mort de l'écologiste Rémi Fraisse, a-t-on appris de source policière. Une jeune fille figure parmi les manifestants relâchés.

 

Le maintien ou non des autres manifestants en garde à vue pourrait être tranché durant la journée, selon la même source.

Samedi, à l'appel notamment du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA)31, quelque 500 manifestants avaient tenté d'envahir le centre-ville de Toulouse, mais avaient été confrontés à un très important dispositif de forces de l'ordre.

Une partie de la manifestation s'était dispersée mais des jeunes masqués ou cagoulés avec des casques avaient voulu en découdre. Au moins deux membres des forces de l'ordre ont été blessés et des actes de vandalisme commis, selon la police.

Les motifs d'interpellations ont été rappelées de source policière: le fait de participer à une manifestation interdite, ce qui est déjà un délit, mais ce n'est pas le seul motif. Il y a aussi le fait de dissimuler son visage, de provoquer des violences contre les forces de l'ordre et la dégradation de biens.

Le NPA dans un communiqué reçu par l'AFP, a appelé à une nouvelle  manifestation devant le commissariat central ce dimanche à 17 heures "pour soutenir les interpellés et demander leur libération".

Le mouvement dénonce également "la nouvelle provocation du gouvernement" lors de la manifestation de samedi. Il a fait état d'un parcours de substitution autorisé par la préfecture -non plus vers le centre-ville mais dans les Allées Jean-Jaurès- qu'il a qualifié de "souricière". 

Le cortège, selon NPA 31, y a été "copieusement" gazé par les forces de l'ordre. D'autres manifestations à Rennes et Paris se sont déroulées dans le calme dimanche en mémoire de Rémi Fraisse, ce jeune écologiste de 21 ans, mort sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn) le 26 octobre.

À suivre aussi

Sivens Mort de Rémi Fraisse : le parquet requiert un non-lieu
La forêt de Sivens près de Gaillac, dans le Tarn, en septembre 2014, lieu choisi pour la construction d'un barrage controversé [REMY GABALDA / AFP/Archives]
Sivens Barrage de Sivens : la justice annule la déclaration d'utilité publique
Des soutiens de Rémi Fraisse, tué en 2014 sur le site du barrage de Sivens, dans le Tarn, manifestent à Gaillac le 25 octobre 2015 [REMY GABALDA / AFP/Archives]
Sivens Sivens : statut de témoin assisté pour le gendarme lanceur de la grenade

Ailleurs sur le web

Derniers articles