Le constat auto passe au numérique en France

L'application "e-constat auto" sera disponible sur les systèmes iOS et Android. L'application "e-constat auto" sera disponible sur les systèmes iOS et Android.[© F. Christophorides / AFA]

Fini le papier déchiré, abîmé, ou mouillé, le constat passe à l’ère numérique. Alors que plus de cinq millions sont rédigés chaque année, il sera bientôt possible de les dresser en toute légalité sur smartphone avec la même valeur juridique.

 

L’application "e-constat auto" sera lancée dès le 1er décembre, viennent d’annoncer les fédérations françaises d’assurances FFSA et Gema. Un outil gratuit compatible avec les iPhones et les mobiles Android.

Gagner du temps

"Si cet outil ne va pas faire disparaître la version papier lancée en France en 1964, il aura vocation à être utilisé par ceux qui souhaitent s’en défaire", précisent les deux fédérations.

L’application permet de dresser un constat en quelques minutes, grâce à des champs déjà écrit pour gagner un temps précieux. Ainsi, l’assuré peut par exemple déjà préremplir certains champs comme l’état civil, le numéro d’immatriculation, le type de véhicule ou encore le numéro de carte grise.

L’appli est également très pratique car elle propose une solution au pénible croquis de l’accident à tous ceux qui n’ont pas une âme d’artiste. Des dessins présentant de nombreuses situations sont proposés et peuvent être complétés en ajoutant des éléments (flèches…). Des photos du lieu et des véhicules endommagés peuvent également être ajoutées, tandis que le GPS sert à préciser les coordonnées géographiques.

croquis.jpg

 

Une fois d’accord, les personnes impliquées signent le document directement avec leurs doigts sur l’écran du smartphone (la signature électronique étant légale en France). L’assureur reçoit alors automatiquement le fichier numérique dont il confirmera la réception avec un SMS. Il renverra également une version PDF (à conserver) par email aux personnes concernées.

E-constat auto, disponible sur iOS et Android à partir du 1er décembre, gratuit.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles