Mort d'un braqueur d'un restaurant de sushis: cinq ans avec sursis

La balance de la justice.[AFP] [[AFP]]

Un jeune homme de 23 ans qui a tué sans le vouloir un jeune qui venait de braquer le restaurant de sushis dans lequel il travaillait a été condamné jeudi à cinq ans de prison avec sursis et mise à l'épreuve, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

 

Le 11 janvier 2009, deux braqueurs munis d'un pistolet automatique à gaz et d'un Taser avaient fait irruption dans le restaurant Planet Sushi, rue Monge à Paris (Ve arrondissement). Ils ont réussi à faire main basse sur un butin d'environ 2.000 euros en espèces.

Le manager de l'établissement, son assistant et deux livreurs avaient ensuite réussi à rattraper les braqueurs quelques centaines de mètres plus loin, où deux bagarres ont éclaté entre les braqueurs et le personnel du restaurant.

Lors de l'une de ces rixes, l'un des braqueurs a été atteint d'un coup de couteau utilisé en cuisine pour découper le poisson et porté par l'un des livreurs, alors âgé de 17 ans. Il est mort un peu plus tard à l'hôpital.

 

L'ancien livreur boyé par sa faute

Contrairement à ce qu'il avait fait lors de l'instruction, il n'a pas invoqué au procès la légitime défense, selon son avocate, Me Marie Dosé. Il "a tenu à assumer jusqu'au bout", a expliqué l'avocate, dont le client, "broyé" par cette affaire, est "le fantôme de lui-même".

Il a été déclaré coupable de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L'avocate générale avait demandé une peine de cinq ans de prison comprenant une partie ferme.

 

Cinq ans de prison

Le deuxième braqueur a quant à lui été condamné à cinq ans de prison avec sursis simple.

Les trois autres employés du restaurant, poursuivis pour violences, ont quant à eux été acquittés, conformément aux réquisitions de l'avocate générale.

Le principal accusé étant mineur au moment des faits, le procès, qui a commencé vendredi dernier, s'est tenu à huis clos devant la cour d'assises de Paris. Initialement prévu jusqu'à vendredi, il s'est finalement achevé jeudi.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles