Vers une évolution de l'évaluation ?

Une salle de classe[AFP/Archives]

Une Conférence nationale sur l'évaluation scolaire s'ouvre jeudi 11 décembre pour tenter de dégager un consensus sur cet épineux sujet. A cette occasion, un rapport dresse l'état des lieux de l'évaluation en France.

 

L’école française hésite. C’est la conclusion d’un rapport du conseil national d’évaluation du système scolaire (cnesco) publié hier, à deux jours de la conférence nationale sur la notation. Malgré la création d’outils innovants comme le socle commun de connaissances, de compétences et de culture, la France reste attachée à une vision classique de l’évaluation, fondée sur la liberté pédagogique et les programmes scolaires.

Elle privilégie ainsi des pratiques telles que le devoir écrit corrigé par l’enseignant, quand d’autres pays comme l’Angleterre ou le Québec se tournent vers l’auto-évaluation ou l’évaluation par les pairs.

Elle persiste en outre à utiliser les notes, alors que certains pays comme le Danemark les ont remplacées par un suivi individualisé des élèves. Le rapport souligne toutefois que la Suisse, qui avait supprimé les notes dans les années 1990, les a rétablies dans les années 2000, à la demande de parents et d’enseignants.   

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles