"Mauvais musulman" : représailles contre le boulanger niçois

Menace fondamentaliste ou fait divers ? [CC / Robert]

Un boulanger de Nice aurait été victime d'intimidations de la part de radicaux qui l'accuseraient d'être un "mauvais musulman". L'homme aurait été victime d'une "perquisition" afin de vérifier s'il détenait de l'alcool et du porc. Depuis, sa vitrine a été brisée.

 

L'affaire fait grand bruit dans la métropole azuréenne. Loïc, un boulanger établi dans le quartier de la gare de Nice, aurait été victime de menaces explicites de la part de radicaux qui l'auraient accusé d'être un "mauvais musulman" au prétexte qu'il vendrait des sandwiches au jambon et de patisseries contenant de l'alcool, rapporte Nice Matin.

Le gérant d'une échope voisine, un ancien client, serait venu récemment dans sa boutique accompagné de deux individus, afin de procéder à une inspection visant à déterminer si le boulanger détenait des stocks d'alcool et de porc.

 

Intimidations

Le boulanger d'origine tunisienne, qui a repris l'affaire en 2013, se dit victime d'intimidations. Selon lui, on chercherait à le faire passer pour un "mauvais musulman" afin de faire fuir la clientèle

S'agit-il d'une déclinaison locale des "patrouilles musulmanes" ou des "milices de la charia" qui ont déclenché la controverse en Grande-Bretagne et en Allemagne ? Ou d'un banal fait divers ?

 

Charia ou fait divers ?

C'est cette dernière version que retient l'avocat d'un des trois individus à la suite de leur placement en garde à vue, survenu vendredi. Ce serait une dispute relative à une serveuse qui serait à l'origine de cette "descente". Néanmoins, relève Nice Matin, l'un des trois suspects serait fiché par la DCRI.

La vitrine du boulanger a été dévastée dans la nuit de dimanche à lundi. La piste des représailles est privilégiée par les enquêteurs.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles