Un an après les Bonnets rouges, Valls en Bretagne

Le Premier ministre était le 18 décembre 2014 à Brest.[FRED TANNEAU / AFP]

Promesse tenue. Un an après la signature du Pacte d’avenir pour la Bretagne par son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre Manuel Valls fait étape à l’Ouest pour "faire le point" sur ce plan d’aides aux secteurs bretons en difficulté, signé en décembre 2013.

 

A l’époque, la région était alors en proie à des difficultés économiques et sociales marquées par de nombreuses restructurations.

Les milliers d’emplois en péril combinés aux protestations contre l’écotaxe, avait fait naître le mouvement des "Bonnets rouges". Une vague de protestation parfois violente qui avait poussé le gouvernement à proposer une sortie de crise via ce Pacte" d’un montant de 2 milliards d’euros.

 

Il reste "beaucoup à faire"

Aujourd'hui, à Brest, le chef du gouvernement a donc réaffirmé le soutien de l’Etat en signant le contrat de plan État-Région Bretagne (CPER), qui mobilisera un milliard d’euros sur la période 2015-2020 avec pour priorités le transport, l’enseignement supérieur et la transition écologique. "En tout, pour les six prochaines années, les subventions publiques en Bretagne dépasseront 3 milliards d’euros", s’est-il félicité.

Manuel Valls en a profité pour soutenir que le Pacte d’avenir avait "tenu ses promesses", tout en concédant que "les problèmes (n’étaient) pas tous réglés".

Sur place, les avis sont en effet mitigés. Alors que la gauche bretonne salue les efforts du pacte, l’opposition parle de "coquille vide" et d’enfumage. Hier, des rassemblements à l’appel de l’intersyndicale FO-CGT-Sud-Solidaires-Unef ont ponctué la visite du Premier ministre.

Des manifestations qui pourraient également l’accompagner demain à Rennes, seconde et dernière étape de cette visite bretonne. Manuel Valls devrait notamment aborder la question des métropoles et de la rénovation urbaine.  

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles