Les radars "double face" expérimentés

Des radars "double face" sont actuellement expérimentés.[AFP/Archives]

Depuis vendredi 12 décembre, un nouveau modèle de radar est expérimenté en France. Appelé radar "double face", il permet de flasher l'avant et l'arrière d'une voiture en excès de vitesse afin de multiplier les chances d'obtenir le numéro d'immatriculation du véhicule.

 

Ce dispositif prend la forme d'un radar tel qu'il en existe actuellement, à la différence qu'il dispose de deux objectifs, l'un à l'avant et l'autre à l'arrière.

Pour le moment, cette expérimentation ne concerne qu'un poste fixe sur la D301 près de Freyzin (Rhône). Un deuxième radar similaire sera installé en janvier prochain, sur la D6 près de Lacanau (Gironde). Tous deux seront testés durant 3 mois renouvelables. 

En janvier également , un deuxième type de radar sera essayé. Cette fois, il s'agira de deux cabines espacées d'une dizaine de mètres l'une de l'autre et dont les objectifs seront orientés de manière à flasher l'arrière et l'avant du véhicule. Là encore, ils feront l'objet d'un test d'une durée de trois mois. 

 

Vers une mise en place en 2016

Bien entendu, expérimentation oblige, tous les automobilistes flashés par ce dispositif ne recevront pas de PV à leur domicile. Pour les premiers procès-verbaux, il faudra attendre une mise en place de ce système, attendue pour l'année 2016.

Selon Henri Prévost, délégué interministériel adjoint à la sécurité routière qui a présenté ces radars en mars dernier, cet essai vise à "réduire le nombre de flashs qui ne produisent pas de PV parce que la photo n'est pas exploitable".

Le responsable estime que, depuis 2002, les radars ont "contribué à hauteur de trois quarts à la baisse du nombre de victimes" sur la route. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles