Voiture-bélier : la nouvelle arme de la cause palestinienne ?

Des policiers collectent des indices dans les rues de Dijon, dimanche soir. [ARNAUD FINISTRE / AFP]

Onze personnes ont été délibérément fauchées dimanche soir à Dijon par une voiture-bélier. Un mode opératoire qui n'est pas sans rappeler des opérations récentes commises en Israël par des militants palestiniens.

 

Selon les premiers éléments de l'enquête, le conducteur de la voiture-bélier de Dijon a affirmé avoir agi "pour les enfants de Palestine" après avoir renversé au hasard onze personnes dimanche soir en plein centre-ville, vêtu d'une djellaba, au cri de "Allah Akbar".

Présenté dans un premier temps comme potentiellement "déséquilibré", l'individu âgé de quarante ans a semble t-il adopté les même méthodes que celles employées récemment par des terroristes palestiniens pour tenter d'assassiner des Israéliens.

 

Précédents

Le 22 octobre une première attaque à la voiture-bélier visait un groupe de civils à Jérusalem. Neuf personnes, qui attendaient le tramway, ont été blessées dans cette opération, menée par un membre du Hamas, et un bébé est décédé. 

Le 5 novembre, quatorze personnes ont été fauchées près d'un arrêt de tramway à Jérusalem-Est par Ibrahim al-Akari, présenté par le Hamas comme l'un des siens. L'une des victimes, un policier, est décédée à la suite de l'attaque. Un Palestinien, dont le véhicule a été percuté au cours de l'attaque, est également décédé des suites de ses blessures.

 

Modèle ?

Quelques heures plus tard, une autre voiture-bélier avait foncé sur un groupe de soldats israéliens au sud de Bethléem (Cisjordanie) en blessant trois parmi eux.

Le forcené de Dijon s'est-il explicitement inspiré de ces précédents ? L'hypothèse n'est pas à exclure au regard des motivations qu'il a pu exprimer. Seule l'enquête, à nouveau, permettra de l'établir. Mais cet épisode, qui survient au lendemain de l'agression de Joué-les-Tours, devrait conduire les forces de l'ordre à redoubler de vigilance.

 

Vous aimerez aussi

Terrorisme Après les attentats de Pâques, le Sri Lanka interdit le niqab
Croquis de la présidente de la cour d'assises de Bruxelles, Laurence Massart (g), et de Mehdi Nemmouche, dessiné lors de l'audience du 3 mars 2019 à Bruxelles [IGOR PREYS / BELGA/AFP/Archives]
Terrorisme Tuerie du musée juif de Bruxelles : perpétuité pour Mehdi Nemmouche
Faits divers Un fiché S interpellé avec une machette, des couteaux et un manuel de terrorisme

Ailleurs sur le web

Derniers articles