Vers un retour à la normale sur les routes de Savoie

Le trafic revenait peu à peu à la normale en Savoie.[Pascal Pochard Casabianca / AFP]

Après un week-end de cauchemar pour les automobilistes sur les routes des stations savoyardes - avec des milliers de voitures bloquées dans la neige, et près de 15.000 personnes hébergées dans des centres d'urgence - la circulation revenait progressivement à la normale dimanche, selon la préfecture et Bison Futé.

 

"Le trafic reste soutenu mais s'écoule", a précisé un porte-parole de la préfecture de Savoie.  "Ca reste chargé, mais on est en retour à la normale", a indiqué pour sa part un officier du Centre régional d'information et de coordination routière (CRICR) Rhône-Alpes.

"Le flux est en train d'être absorbé. L'objectif est d'acheminer toutes les personnes à leurs destinations dans les stations", a ajouté la préfecture, sans exclure totalement que certains automobilistes puissent encore avoir recours à l'hébergement d'urgence, toujours en place dans cinq communes : Saint-Jean de Maurienne, Saint-Michel de Maurienne, Bourg Saint-Maurice, Moûtiers et Albertville.

Des difficultés restaient signalées sur la RN90 vers Bellentre à 4km de Bourg Saint-Maurice, suite à un accident. Une déviation a été mise en place et le retour à la normale est attendu vers 19H00. 

En Tarentaise, les stations sont en accès libre, sauf Val Thorens et les Arcs 2000 qui nécessitent encore un chaînage. En Maurienne, l'obligation de chaînage en direction de Valloire a été levée pour les véhicules équipés de pneus neige, mais l'accès à l'Arvan nécessite obligatoirement un chaînage, a complété la préfecture de Savoie dans un communiqué.

 

Arrivée d'un froid plus intense lundi

La "vigilance orange" neige-verglas a également pris fin dans l'après-midi pour les quatre derniers départements (Ain, Isère, Savoie et Haute-Savoie) concernés. Mais l'arrivée d'un froid plus intense lundi pourrait augmenter les risques de verglas dans tout l'est du pays.

La préfecture de Haute-Savoie a aussi alerté sur les risques liés aux avalanches, notamment dans le Mont-Blanc. Un risque bien réel : plus au sud, dans la station d’Auron (Alpes-Maritimes), une avalanche a tué un skieur qui faisait du hors-piste.

Cette amélioration intervient après 24 heures de pagaille sur les routes savoyardes et 15.000 véhicules bloqués samedi soir. Après le déclenchement d'un plan d'hébergement d'urgence par le préfet de Savoie, près de 15.000 personnes ont passé la nuit de samedi à dimanche dans des centres d'accueil, mais un nombre indéterminé d'automobilistes sont restés bloqués dans leur véhicule. 

Les pompiers du département sont intervenus à 270 reprises auprès de ces "naufragés de la route" mais un seul cas de détresse a été signalé : un jeune homme en hypothermie dans son véhicule, qui a été secouru. Son pronostic vital n'est pas engagé.

L'essentiel des voyageurs a été accueilli dans les centres d'accueil, dont le taux d'occupation a frôlé les 100%, selon la préfecture de Savoie.  "Il y a eu 83 centres d'hébergement ouverts" en Savoie, dans les Hautes-Alpes et en Haute-Savoie, a précisé dimanche sur Europe 1 le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies.

"Nous sommes arrivés par navette à Moûtiers vers 23H00, mais tous les hôtels et le gymnase étaient pleins. Il n'y avait pas d'information", a expliqué une automobiliste, Bertille Oudot, venue de Nantes. "A la gare routière, les gens dormaient par terre. On a senti une organisation de dernière minute". Avec ses enfants et des amis, elle a préféré monter en station à 03H00 du matin, via les taxis qui ont assuré des navettes dans la nuit.

"Depuis pratiquement Lyon jusqu'ici, que des bouchons. On n'avançait pas. On est parti à 10H00 du matin, on est arrivé à 04H00 du matin ici. 10H00-04H00 du matin pour faire 200 km", a résumé Philippe, venu passer ses vacances aux Saisies, à un vidéaste de l'AFP.

Dimanche, les premiers vacanciers ont repris la route tôt le matin. "Enfin les vacances", s'est enthousiasmé une famille parisienne en quittant un centre d'hébergement d'Albertville. Comme bon nombre d'automobilistes, elle a dû cependant faire face à des conditions encore "très difficiles", notamment en Maurienne. 

L'impéritie d'automobilistes roulant sans équipement, conjuguée aux fortes chutes de neige et à un épisode imprévu de pluies verglaçantes, a contribué à la pagaille sur les routes, dans ce week-end de chassé-croisé (60.000 véhicules annoncés dans la journée en Savoie, dans les deux sens, dont près de 37.000 pour la seule vallée de la Tarentaise). 

Alain Vidalies a pointé "un problème de comportement collectif".  "L'immense majorité des véhicules sont équipés (de chaînes) mais ceux qui ne le sont pas créent de la perturbation", a-t-il estimé.

Dimanche après-midi, les difficultés paraissaient se déplacer vers les Pyrénées : la RN320 au niveau du tunnel du Puymorens, ainsi que la RN22 entre La croisade et le Pas de la Case, étaient fermées à tous les véhicules en raison de la neige. 

Le CRICR du Sud-Ouest a annoncé une possible restriction de la circulation des poids lourds sur l'A64 dans les 24 heures, en raison de la météo.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles