Le FN de Gironde déchiré par une querelle fratricide

Louis Aliot, le vice-président du Front National, en février 2012. Photo d'illustration. [Bertrand Langlois / AFP / Archives]

En mai dernier, trois militants frontistes avaient perturbé le déplacement en Gironde de Louis Aliot, le vice-président du Front National. Passés samedi 27 décembre devant la commission de discipline du parti, deux d’entre eux en sont désormais exclus. Le troisième a été suspendu pendant un an.

 

Louis Aliot n’a pas du tout apprécié la plaisanterie et samedi dernier la commission de discipline du parti frontiste s’est montrée intransigeante envers les responsables.

Les faits remontent à mai dernier lorsque trois militants du parti avaient troublé le déplacement en Gironde du vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen.

Il a été reproché à Damien Obrador et Jean-Baptiste Defrance, deux jeunes conseillers municipaux d’opposition d'une vingtaine d'années, ainsi qu’à Jean-David Eyquem, ex-responsable du Front national de la Jeunesse (FNJ) de la Gironde, d’avoir saboté une conférence de presse de Louis Aliot donnée au siège départemental du parti.

Jean-Baptiste Defrance et Jean-David Eyquem ont été exclus définitivement. Damien Obrador, a lui été suspendu pendant un an.

 

Soupçonnés d’avoir versé des laxatifs dans le vin

Dans les faits, Louis Aliot aurait fait face à plusieurs déboires. Selon le site du quotidien régional Sud-Ouest, la bibliothèque du siège départemental du parti présentait ainsi, bien en évidence, des livres de Bruno Gollnisch (concurrent de Marine Le Pen à la présidence du parti, en 2011) et de Jean-Claude Martinez (suspendu du FN en 2008 après s'être présenté face à Louis Aliot aux européennes).

Les ampoules de la salle auraient été dévissées et du laxatif déversé dans le vin servi pour l'occasion.

 

"Des plaisanteries de très mauvais goût"

"Je ne démens pas. Ce sont des plaisanteries de très mauvais goût pour déstabiliser Jacques Colombiers (Secrétaire Départemental du Front National en Gironde) qui ont été sanctionnées", confirme le député européen FN Bruno Gollnisch à nos confrères de metronews en citant le nom du responsable local du FN 

 

"Propos diffamatoires"

Damien Obrador, a quant-à-lui dénoncé sur Twitter des "propos diffamatoires" et a demandé "une grâce" à Marine Le Pen.

 

 

 

Le "mariage pour tous", raison de la colère

En toile de fond et raison à toute cette inimitié, l’épineuse question du "mariage pour tous". Selon Damien Obrador, cité par metronews, "50% des militants du FNJ en Gironde sont gays".

Il s’est lui-même exprimé en faveur de la loi Taubira et marie des couples homosexuels dans sa commune de Cabanac et Villagrains, située en Sud-Gironde.

Un positionnement politique et idéologique frontalement opposé à celui incarné par Jacques Colombiers, fervent opposant au mariage pour tous.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles