Deux ex-miliciens algériens renvoyés aux assises

[Jacques Demarthon / AFP/Archives]

Deux frères soupçonnés d'avoir commis des actes de torture en Algérie sont dans le collimateur de la justice.

 

La France a obligation de juger toute personne se trouvant sur son territoire susceptible d’avoir commis des actes de tortures, y compris à l’étranger.

Voici pourquoi deux ex-membres des milices anti-islamistes algériennes, résidant dans la région nîmoise, ont été récemment renvoyés devant les assises du Gard, a rapporté mardi le parquet.

Les faits pour lesquels ces deux frères sont poursuivis auraient été commis dans la région de Relizane, à l'ouest d'Alger, dans les années 1990, alors que le pays était le théâtre d’une guerre civile sanglante.

Niant leur implication dans d’éventuelles exactions, les deux hommes ont fait appel de cette ordonnance de mise en accusation, a indiqué leur avocate.

 

 

Vous aimerez aussi

crise politique Contestation en Algérie, en direct : le PDG du plus grand groupe privé en détention provisoire
Algérie Foule immense dans les rues du centre d'Alger
Nouvelle manifestation d'étudiants algériens pour réclamer la fin du "système" Bouteflika, le 16 avril 2019 dans les rues d'Alger [- / AFP]
contestation Les Algériens attendus pour un 9e vendredi de suite dans la rue

Ailleurs sur le web

Derniers articles