"La terreur de Limoges" frappe encore

Surnommé "la terreur de Limoges" en raison de sa dérive délictuelle et de sa précocité pénale, un adolescent de 14 ans a de nouveau fait parler de lui, vient-on d’apprendre.[Jacques Demarthon / AFP]

Surnommé "la terreur de Limoges" en raison de sa dérive délictuelle et de sa précocité pénale, un adolescent de 14 ans a de nouveau fait parler de lui, vient-on d’apprendre.

 

Des dizaines de procédures déjà en cours, une vingtaine de victimes recensées et des méfaits à la pelle : "la terreur de Limoges", un adolescent de 14 ans bien connu des services de police depuis fin 2012, a de nouveau frappé.

Mardi 30 décembre, le jeune homme, aidé d’un complice, a d’abord racketté un adolescent en lui volant son iPhone6 après l’avoir menacé avec un appareil de type taser.

 

Interdiction de quitter son domicile après 21 heures.

Interpellée, "la terreur de Limoges" avait été remise en liberté sous contrôle judiciaire. Une mesure pénale qui lui interdisait de rencontrer son comparse, d’entrer en contact avec sa victime et de quitter son domicile après 21 heures.

Mais les deux affidés ont rapidement fait fi de cette triple interdiction. Et décidé dans la nuit de samedi à dimanche, de contacter de nouveau leur victime pour lui rendre, prétendument, son smartphone.

 

Convoqué devant le juge pour enfants

Rendez-vous avait été pris devant un parking de discothèque… où patientait un véhicule de police prévenu de l’arrivée du jeune délinquant. Celui-ci a de nouveau été interpellé et placé cette fois-ci en garde à vue. De nouveau libéré à l’issue de cette procédure, "la terreur de Limoges" a finalement reçu une convocation pour une prochaine comparution devant un juge pour enfants.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles