Sondage exclusif : Imprudents sur la route

70 % des Français avouent dépasser souvent ou de temps en temps les limites de vitesses, et 58 % ne pas respecter les distances de sécurité[Philippe Huguen / AFP/Archives]

Certains ont juré d’aller courir tous les matins, d’autres d’arrêter de fumer, ou de se coucher plus tôt. Mais combien de Français, en prenant leurs bonnes résolutions pour 2015, ont pensé à améliorer leur comportement au volant ? Car malgré les dangers connus de la route, les conduites à risque sont encore nombreuses, selon les résultats d’un sondage CSA réalisé en exclusivité pour Direct Matin.

La vitesse, premier défaut

Parmi les pratiques illicites, de limites de vitesse deux sortent particulièrement du lot. Ainsi, 70 % des Français avouent dépasser souvent ou de temps en temps les limites de vitesses, et 58 % ne pas respecter les distances de sécurité. Dans une moindre mesure, les conducteurs peuvent prendre le volant alcoolisés (25 %), envoient des SMS (24 %) ou téléphonent (23 %) en conduisant.

«Restent trois actes pour lesquels les chauffeurs n’ont pas encore franchi le Rubicon», explique Julie Gaillot, directrice de clientèle au pôle Opinion de l’institut CSA : rouler sans ceinture ou sans casque (6 %), sans permis (5 %) ou en ayant pris de la drogue (4 %). Mais les comportements illégaux ne sont pas les seuls dangers ; sans enfreindre la loi, 50 % des sondés conduisent fatigués et 43 % mangent au volant. «En plus des personnes réfractaires à la sécurité routière, qui veulent conduire comme elles l’entendent, on observe encore, en France, une certaine tolérance vis-à-vis de ces comportements», ajoute Julie Gaillot.

Les jeunes conducteurs, particulièrement exposés sur la route, sont par ailleurs les plus enclins à dépasser les bornes. Connectés en permanence, ils téléphonent (35 %) et «textotent» (54 %) bien plus que leurs aînés. Un comportement que l’on retrouve dans les catégories sociales supérieures (34 %), toujours proches de leur téléphone professionnel.

Des comportements à modifier

Autant de résultats qui interpellent alors que ces derniers mois ont vu la mortalité routière repartir à la hausse (+5 % attendus en 2014, contre -10,5 % en 2013, avec 3 268 décès) et ce, après une décennie de stagnation ou de baisse. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a promis de présenter rapidement un «plan global très offensif» concernant «tous les risques». Mais Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, craint un simple «saupoudrage de petites mesures», tout en prônant une augmentation du nombre de contrôles sur les routes, notamment vis-à-vis des excès de vitesse. Soit le meilleur moyen, selon elle, de faire évoluer les comportements. A contrario, d’autres veulent que la prévention accélère. C’est le cas de Pierre Chasseray, le délégué général de 40 millions d’automobilistes. Ce dernier s’alarme en particulier de la conduite sous l’emprise de la drogue, un enjeu qui reste, aujourd’hui, en arrière-plan.

 

infrographie_csa_1.jpg (DR)

 

Les résultats complets de l'étude : 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles