Minute de silence à 12h dans toute la France

Les drapeaux en berne à l'Elysée pour les trois jours de deuil. [KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

La France a observé une minute de silence jeudi à midi en hommage aux victimes de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts mercredi à Paris.

 

Une journée de deuil national a été décrétée jeudi après cet attentat, le plus meurtrier sur le sol français depuis la Guerre d'Algérie.

Le président de la République François Hollande a participé, dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris, au "moment de recueillement" prévu dans l'ensemble des services publics dans le cadre de ce deuil national. 

Au même moment à l'Elysée, plus de cent personnes, collaborateurs et membres du personnel, se sont réunis dans le jardin d'hiver pour ce moment de recueillement présidé par le secrétaire général, Jean-Pierre Jouyet. Manuel Valls, les membres de son cabinet et tous les personnels rattachés aux services du Premier ministre se sont recueillis dans la cour de l'hôtel de Matignon. A l'Assemblée nationale - où des députés ont ceint leur écharpe tricolore - comme au Sénat, les parlementaires se sont recueillis en silence. 

 

Le glas de Notre-Dame de Paris a sonné

La minute de silence a également été observée dans les écoles, notamment dans la cour du lycée Buffon à Paris, où était présente la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem.

La plupart des médias a également rendu hommage aux victimes de l'attentat, dont les dessinateurs Charb, Wolinski, Tignous et Cabu.

La RATP a interrompu son trafic durant une minute sur l'ensemble des réseaux. Tous les trains de la SNCF étaient également à quai entre 12h00 et 12h01, avait annoncé la compagnie publique. De nombreuses enseignes privées, usines ou commerces, se sont également associées à cet hommage.

L'Eglise catholique, une des cibles favorites de Charlie Hebdo, a fait sonner le glas de Notre-Dame de Paris. Le glas a également raisonné à Londres.

Toutes les polices de France sont lancées aux trousses de deux frères, dont un jihadiste connu des services antiterroristes, suspectés d'être les auteurs de la tuerie à Charlie Hebdo, alors qu'une fusillade aux portes de Paris a aggravé jeudi matin la tension dans le pays.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles