Montpellier : le preneur d'otages s'est rendu

Le braqueur s'est rendu vers 02H00 du matin dans la nuit de jeudi à vendredi. [SYLVAIN THOMAS / AFP]

En marge des attaques terroristes qui ont frappé la région parisienne, un homme armé qui avait pris en otage vendredi deux employées d'une bijouterie de Montpellier lors d'un braquage, s'est rendu samedi peu avant 02H00. Les deux otages sont saines et sauves. L'afffaire n'a aucune lien avec l'islamisme radical a indiqué le procureur.

 

Des négociations qui ont duré près de sept heures entre le RAID, une unité d'élite de la police nationale venue de Marseille, et le preneur d'otage ont abouti à la reddition de celui-ci sans violence, a-t-on ajouté de même source.

Cet homme, âgé d'une quarantaine d'année, a été interpellé et placé en garde à vue, a indiqué le procureur de la République, Christophe Barret, lors d'un point-presse. "Vers 17H00, cet homme était entré dans la bijouterie mais il n'y a pas eu de tentative de vol et son geste est inexpliqué", a-t-il ajouté.

 

 

Aucun lien avec le djihadisme

"Il tenait un discours cohérent même si son geste est incohérent", a poursuivi le procureur. Le magistrat a indiqué que ces faits n'avaient aucun lien avec les prises d'otage ce même jour en région parisienne, liées à l'islamisme radical.

"Les deux vendeuses n'ont pas subi de violences et n'ont pas été entravées", a-t-il encore précisé.

 

Intervention du Raid

L'alerte avait été donnée vers 17H00  par un commerçant d'une boutique située face à la bijouterie, qui a vu entrer dans celle-ci un homme armé et casqué. Le quartier a aussitôt été bouclé et un très large périmètre de sécurité installé. 

Deux heures plus tard, le Raid est arrivé sur place et a débuté les négociations par téléphone avec le preneur d'otage. "Il a fallu beaucoup de discussions, le dialogue a été irrégulier, rythmé par des arrêts et des reprises comme souvent dans ces situations", a dit le procureur de la République qui a rendu hommage au négociateur et "au courage des deux femmes otages." 

 

Enquête à venir

Il a été fait appel au Raid car, lors des premiers contacts, le preneur d'otage, décrit par le procureur comme ayant "une personnalité complexe", manifestait "une certaine fermeture" à la discussion.

Aucun détail n'a été donné sur l'identité et l'origine de cet homme qui n'avait pas de contentieux avec la bijouterie, située rue de l'Argenterie, une toute petite rue piétonne du centre de Montpellier où se trouvent plusieurs magasins haut de gamme. L'enquête et des examens psychologiques devraient permettre d'expliquer son geste.

 

Contexte tragique

En fin d'après-midi, l'arrivée des forces de police sur la place Jean Jaurès, proche de la bijouterie et où se trouvent de nombreux cafés et restaurants, avait provoqué un petit mouvement de panique parmi la clientèle, dans un contexte national bouleversé par l'attentat meurtrier mercredi contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo à Paris et par les prises d'otage qui ont suivi.

Les clients en terrasse ont quitté précipitamment les tables abandonnant leurs effets, tandis que d'autres personnes en profitaient pour s'en emparer, a décrit à l'AFP un cafetier, Guillaume Couseinie. 

 

À suivre aussi

Prison Après Condé-sur-Sarthe, la colère derrière les barreaux
Qui est Francis Dorffer, l’auteur de la prise d’otages de Condé-sur-Sarthe ?
Prison Condé-sur-Sarthe : qui est Francis Dorffer, l’auteur de la prise d’otages ?
Burkina Faso Ce qu'il faut savoir sur la libération des otages et la mort des deux militaires français

Ailleurs sur le web

Derniers articles