Le nombre d'IVG recule en France

Simone Veil défendant le projet de loi pour la légalisation de l'avortement. [AFP]

Le nombre d'IVG a baissé depuis la loi Veil, en revanche, la proportion d'avortements répétés a augmenté, selon une étude de l'Ined publiée le 15 janvier.

 

Quarante ans après la légalisation de l’avortement en France, les femmes ont moins recours à l’interruption volontaire de grossesse, révèle une étude de l’Ined publiée jeudi.

De 0,66 IVG par femme en moyenne en 1975, on est passé à 0,53 en 2011. En revanche, il est plus fréquent de voir la même femme avorter plusieurs fois. Alors que les avortements répétés représentaient moins d’un IVG sur 10 dans les années 1970, cette proportion a doublé dans les années 2000.

Autre enseignement de l’étude : la loi de 2001, qui a allongé la durée maximale de grossesse pour une IVG à 12 semaines, contre 10 auparavant, n’a eu pour effet ni un allongement durable de la durée moyenne de la grossesse au moment de l’IVG, ni une augmentation du recours à l’IVG. A l’inverse, la diffusion de l’IVG médicamenteuse a favorisé un raccourcissement des durées de grossesse au moment de l’interruption.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles