Le spectacle de Dieudonné autorisé à Lausanne, "sous conditions"

L'humoriste controversé Dieudonné pourra jouer ses spectacles prévus fin janvier à Lausanne mais "sous conditions", a indiqué lundi la municipalité.[PATRICK KOVARIK / AFP]

L'humoriste controversé Dieudonné pourra jouer ses spectacles prévus fin janvier à Lausanne mais "sous conditions", a indiqué lundi la municipalité.

 

"Attachée avant tout à la tolérance et au respect, indispensables à l'équilibre d'une société multiculturelle équilibrée, la municipalité exprime son soutien à la communauté juive comme à la communauté musulmane", a expliqué la ville dans un communiqué.

Elle a néanmoins assorti son autorisation de "conditions".

En accord avec l'organisateur du spectacle, le contenu du spectacle devra ainsi respecter strictement le "droit suisse en matière de norme antiraciste et l'absence de troubles à l'ordre public".

La Ville de Lausanne explique que sa marge de manoeuvre était "restreinte". Le droit et la jurisprudence suisses sont "très extensifs dans leur définition de la liberté d'expression", a-t-elle indiqué.

Dieudonné est actuellement en tournée avec un nouveau spectacle, "La bête immonde".

Il a été placé en garde à vue mercredi puis cité à comparaître le 4 février devant le tribunal correctionnel de Paris pour apologie du terrorisme. Il avait déclaré, sur sa page Facebook le jour de la manifestation en hommage aux victimes des attentats des 7, 8 et 9 janvier à Paris, qu'il se sentait "Charlie Coulibaly". Ce terme mélangeait le slogan des manifestants "Je suis Charlie" (en hommage au journal satirique Charlie Hebdo cible d'une des attaques) au nom de l'un des jihadistes.

Cette déclaration est "au minimum d'un insigne mauvais goût et passible au maximum en France d'une peine de prison pour apologie du terrorisme", a expliqué la ville de Lausanne. La municipalité a ajouté qu'en Suisse, "cette déclaration ne semble pas passible de poursuites pénales".

Deux inspecteurs de la police judiciaire assisteront aux trois représentations du 24 au 26 janvier dans la ville qui seront également filmées, permettant au procureur de le visionner en cas de doute.

La municipalité a convenu avec l'organisateur du spectacle qu'en cas de dénonciation pour propos calomnieux, diffamatoires ou contraires aux normes antiracistes, les représentations suivantes seraient annulées.

La ville pourra aussi interrompre le spectacle en cas d'atteintes caractérisées à l'ordre public.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles