La France honore son héros, Lassana Bathily

Lassana Bathily, a été naturalisé français.[ERIC FEFERBERG / AFP]

Son acte de bravoure a été salué. Lassana Bathily, le héros de la prise d’otage de l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, a été naturalisé français mardi soir, lors d’une cérémonie officielle organisée au ministère de l’Intérieur.

 

Il s’est vu remettre un passeport par le Premier ministre Manuel Valls. Une forme de reconnaissance de l’Etat à l’égard de ce jeune Malien de 24 ans, aux propos nourris d’humilité, dont le visage a fait le tour du monde depuis les événements du 9 janvier. 

Ce jour-là, cet employé avait aidé un groupe de clients à se cacher dans la chambre froide du magasin casher de l’est parisien pour échapper à Amedy Coulibaly, l’auteur de la prise d’otages qui a fait quatre victimes.

Lassana Bathily avait ensuite réussi à s’évader et avait guidé les forces de l’ordre en dessinant le plan du supermarché, une aide précieuse pour organiser la prise d’assaut. Il a joué "un rôle primordial" en apportant des renseignements sur "l'intérieur de la supérette", "en particulier sur les issues", et "en décrivant les otages et le preneur d'otages", a estimé le patron du Raid, Jean-Michel Fauvergue, mardi sur BFMTV.

 

"Je ne suis pas un héros"

Les gens me prennent comme un héros, mais je ne suis pas un héros", a commenté Lassana Bathily après avoir reçu son passeport français. "Mon coeur a parlé et m'a fait agir", a-t-il poursuivi, assurant qu'il n'y avait "pas de questions de communauté".

Deux jours plus tard, le jeune homme recevait un appel de François Hollande pour le féliciter. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou ainsi que le secrétaire d’Etat américain John Kerry lui avaient également rendu hommage.

En France depuis 2006, Lassana Bathily avait obtenu sa carte de séjour en 2011 et déposé sa demande de naturalisation en juillet 2014. Lancée le 12 janvier sur Internet, une pétition demandant à ce que lui soit accordée la nationalité française a été signée par près de 400 000 personnes.

 

L’enquête s’accélère

Parallèlement à ces hommages, l’enquête sur les attentats qui ont fait 17 morts entre le 7 et le 9 janvier en région parisienne se poursuit. Mardi, quatre hommes de 22 à 28 ans ont été déférés au tribunal en vue de leur possible mise en examen par des juges d’instruction anti­terroristes.

Ils sont suspectés d’avoir apporté un soutien logistique (armes, véhicules) à Amedy Coulibaly. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles