Bébé rom : pour Toubon, une décision "discriminatoire"

Une enquête préliminaire ouverte pour discrimination pourrait être transmise rapidement au parquet d’Evry.[Jean-Christophe Verhaegen / AFP/Archives]

Le maire de Champlan (Essonne), accusé d’avoir refusé d’enterrer un bébé rom mort juste après Noël dans le cimetière de sa commune, a donné une consigne "illégale" et "discriminatoire" à ses services municipaux selon le Défenseur des Droits.

 

L’affaire avait fait grand bruit fin décembre. Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, considère que l'affaire du bébé rom relève un caractère "discriminatoire". L’élu de Champlan, lui, a toujours nié avoir mal agi.

Selon ses dires, il aurait voulu privilégier le cimetière de la commune voisine de Corbeil, sans écarter un enterrement à Champlan. Une enquête préliminaire ouverte pour discrimination pourrait être transmise rapidement au parquet d’Evry.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles