Ce que l'on sait de Moussa Coulibaly

Le plan Vigipirate a été renforcé à Nice après l'attaque menée par Moussa Coulibaly. [VALERY HACHE / AFP]

Au lendemain de l'agression à Nice de trois militaires en faction par Moussa Coulibaly, les enquêteurs cherchaient à déterminer si cet homme de 30 ans, qui garde le silence, savait que les militaires surveillaient le Consistoire israélite, Radio Shalom et une association israélite, installés extrêmement discrètement dans une cour.

 

Moussa Coulibaly avait été repéré mi-décembre par les services de police, alors qu'il faisait du "prosélytisme agressif" dans une salle de sport des Yvelines. Le groupe Moving, à qui appartient cette salle de sports, a indiqué que le jeune homme avait été expulsé du club de Mantes-la-Jolie le 15 décembre, évoquant un "comportement douteux et suspect".

Après s'être déjà rendu à Nice les 25 et 26 janvier, Moussa Coulibaly avait attiré l'attention de la police aux frontières en cherchant à acheter en Corse un aller simple pour la Turquie, ce qui lui avait été refusé, l'agence de voyages lui ayant finalement vendu un aller-retour pour le 28 janvier vers la Turquie en passant par Nice et Rome, selon une source proche de l'enquête. 

 

La DGSI alertée

La DGSI, alertée, avait alors demandé aux autorités turques de le refouler, ce qu'elles ont fait le 29 janvier. Dans les Yvelines, la police a perquisitionné mardi son domicile au Val-Fourré, à Mantes-la-Jolie. Sa mère, une soeur et un frère ont été entendus mardi soir dans le commissariat local. Malgré son passé de petit délinquant, il est décrit comme "timide" et "gentil" dans son quartier. Il était connu pour des faits de droit commun, tous commis à Mulhouse entre avril 2006 et novembre 2009: vol à l'étalage, violences, usage de stupéfiants, outrage à personnes dépositaires de la force publique.

Dans l'hôtel Azurea, près de la gare de Nice, où il séjournait depuis le 29 janvier, les enquêteurs ont trouvé mardi une prière écrite de sa main, adressée à Allah, ainsi que de l'argent turc, selon une source proche de l'enquête.

 

Le deuxième interpellé relâché

Peu avant l'agression, le jeune homme avait été verbalisé dans le tramway, accompagné d'un homme de 43 ans, également interpellé mardi. Ce dernier a été relâché mercredi, n'ayant "aucun lien" avec Moussa Coulibaly, selon une source proche de l'enquête.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles