Hollande : "Les mêmes cibles" ont été visées à Copenhague et à Paris

François Hollande, le 9 janvier 2015.[THIERRY CHESNOT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

François Hollande a déclaré dimanche que "les mêmes cibles" avaient été frappées samedi au Danemark et lors des attentats de Paris en janvier, évènements entre lesquels il y a "un lien qui n'établit pas un réseau mais une même détermination des terroristes".

 

"Je tenais à me rendre ici à l'ambassade du Danemark pour exprimer à madame l'ambassadrice, comme je l'avait fait déjà auprès de la Première ministre, la solidarité de la France à l'égard du peuple danois", a déclaré le chef de l'Etat en sortant de l'ambassade du Danemark à Paris.

"Ce qui s'est produit en fait hier (samedi), c'est ce qui était déjà à l'oeuvre en France il y a plus d'un mois. Ce sont les mêmes cibles qui avaient été choisies par le terroriste : d'abord un centre culturel où était débattue la liberté d'expression. Un cinéaste y a été tué. Puis ensuite des policiers ont été frappés parce qu'ils protégeaient ce lieu, parce qu'ils en protégeaient aussi un autre, une synagogue. Car le même terroriste a voulu attaquer un lieu où des juifs venaient pour prier", a poursuivi M. Hollande.

 

Un lien

"Nous voyons bien qu'il y a là un lien qui n'établit pas un réseau mais simplement une même détermination des terroristes à frapper ce que nous sommes, ce que nous représentons, les valeurs de la liberté, du droit, de la protection que chaque citoyen, quelle que soit sa religion, doit pouvoir trouver", a également déclaré le chef de l'Etat.

"Danemark, France, c'est aujourd'hui les mêmes nations qui éprouvent les mêmes tristesses, les mêmes malheurs, mais aussi la même volonté pour résister, combattre et pour vaincre le terrorisme", a conclu M. Hollande.

 

Opérations

La police danoise pense avoir abattu dimanche matin à Copenhague l'auteur de ces deux fusillades, lors d'un débat sur la liberté d'expression et près de la grande synagogue de la capitale danoise, qui ont fait deux morts et cinq blessés.

Dimanche après-midi, elle menait une opération dans un cybercafé près du lieu où a été abattu cet homme dont l'identité n'a pas filtré mais qui était connu des services de renseignement danois.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles