La lutte contre l'exclusion, grande cause de Paris

La mairie de Paris et 200 acteurs de la solidarité ont signé un "Pacte parisien 2015-2020", mercredi. La mairie de Paris et 200 acteurs de la solidarité ont signé un "Pacte parisien 2015-2020", mercredi. (Illustration).[ALAIN JOCARD / AFP]

"Paris doit être une capitale puissante, mais bienveillante", soulignait ce mercredi Bruno Julliard, le premier adjoint à la maire de Paris, lors de la signature du "Pacte parisien 2015-2020".

 

Cette cérémonie à l'Hôtel de Ville, en présence des représentant de 200 institutions, entreprises et associations, était l'aboutissement de six mois de réflexions et de débats. Une centaine de mesures devraient ainsi voir le jour dans les cinq ans à venir, dont les premières d'ici quelques semaines.

Sur le plan préventif, une grande importance va être attachée en amont à éviter que les personnes se retrouvent dans la rue pour cause d'endettement. Ainsi, la charte de prévention des expulsions locatives, qui date de 2001, devrait notamment être révisée en accord avec l’Etat.

 

Renforcement du soutien aux personnes en grandes difficultés

Dans le but de mieux informer les personnes en difficultés sur l'accès aux droits fondamentaux, dont beaucoup ignorent disposer, 3 000 rendez-vous annuels des droits seront mis en place d'ici 2017. Des agents des services sociaux ou encore de la CAF y conseilleront les publics vulnérables.

Les maraudes de travailleurs sociaux vont être renforcées, afin d'apporter des solutions aux personnes en situation de grande précarité, notamment autour des gares. La création d’une "halte de nuit", comme cela existe déjà dans plusieurs villes comme Nantes ou Toulouse, va aussi être testée. De plus, des hébergements alternatifs devraient être développés pour réduire le couteux recours à l’hôtel. Par exemple, 2 500 pensions de familles et maisons-relais devraient ainsi voir le jour.

 

L'accent mis sur la réinsertion

Par ailleurs, les familles vont bénéficier d’une attention accrue, avec notamment la création d’un deuxième espace solidarité insertion, après celui existant dans le 15e. Quant à l'hébergement des femmes enceintes, il sera stabilisé.

Parallèlement, l’accent sera mis sur la réinsertion durable des personnes en difficulté par l'accès à l’emploi, en particulier grâce à des parcours aménagés avec les entreprises privées et publiques partenaires de ce plan.

 

Coût : 50 millions d'euros par an

"C'est un plan très ambitieux, mais il nous permet de transformer nos méthodes de travail, pour renforcer la collaboration entre tous les acteurs et ainsi l'efficacité de nos actions", se réjouissait Dominique Versini, l'adjointe chargée de toutes les questions relatives à la solidarité. Ce Pacte devrait coûter plus de 50 millions d'euros par an à la municipalité.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles