Le gouvernement lance la réforme de l'islam de France

Cette instance rassemblera le Conseil français du culte musulman (CFCM) mais aussi des imams et des intellectuels.[ALAIN JOCARD / AFP]

Une nouvelle instance de dialogue avec les représentants de l'islam de France sera mise en place "d'ici l'été", a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, à l'issue du conseil des ministres.

 

"Dans le cadre de cette instance, il y aura les sujets qui sont liés à la fois à la sécurité des lieux de culte, à la prévention, à la répression des actes anti-musulmans, à la formation des imams", a-t-il déclaré. "Il y a maintenant une volonté de travailler à engager une large consultation avec les acteurs de l'islam", a-t-il ajouté.

Cette instance rassemblera le Conseil français du culte musulman (CFCM) mais aussi des imams et des intellectuels "représentatifs d'un islam modéré de tolérance", a précisé Bernard Cazeneuve lors d'un point-presse dans la cour de l'Elysée. Elle se réunira "deux fois pas an autour du Premier ministre" pour "traiter de questions précises" telles que la formation des imams ou l'abattage rituel par exemple, "dans le respect rigoureux des principes de la laïcité", a ajouté le ministre de l'Intérieur.

 

"La compatibilité de l'Islam et de la République"

M. Cazeneuve a insisté "sur la compatibilité de l'Islam et de la République". Il faut "que tous ceux qui sont attachés aux principes républicains de l'Islam de France puissent le dire". "Cela suppose une application stricte et rigoureuse de la laïcité et des lois de la République" sur lesquelles il ne saurait être toléré "aucune faiblesse", a-t-il rappelé.

Cela suppose aussi "que la République protège tous ses enfants, et notamment les mosquées de tous les actes anti-musulmans", a-t-il ajouté, rappelant qu'il y avait eu en janvier "autant d'actes anti musulmans que pendant tout 2014". M. Cazeneuve a annoncé le développement de "diplômes universitaires accessibles aux imams". Six sont déjà en vigueur, "la volonté est de porter leur nombre à douze".

 

Des aumôniers de l'Etat

Concernant les aumôniers de l'Etat, "ils ne seront recrutés désormais que s'ils ont obtenu ce diplôme de formation aux principes fondamentaux de la République", a martelé M. Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur a souhaité "relancer la Fondation" des oeuvres de l'Islam de France "pour développer des initiatives en liaison avec l'Institut du monde arabe". Il s'agira également, sur les questions plus culturelles, de développer des bourses d'études à destination des doctorants. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles