Un rapport alarmant sur les violences sexuelles

Un grand nombre de victimes de violences sexuelles ne portent pas plainte.[AFP/Archives]

Selon un rapport, les violences sexuelles ne sont pas assez dépistées et mal prises en charge par les pouvoirs publics.

 

La prise en charge des victimes de violences sexuelles est-elle défaillante ? Selon une enquête de l’association Mémoire traumatique et victimologie, réalisée dans le cadre de la campagne "Stop au déni" de l’Unicef, une femme sur cinq et un homme sur quatorze auraient subi des violences sexuelles.

Dans leur grande majorité (81%), ces violences ont été perpétrées avant leurs dix-huit ans. Pourtant, seulement 4% de ces victimes mineures déclarent avoir été prises en charge par l'Aide sociale, notamment parce qu'elles n'ont pas porté plainte à l'époque.

 

Un impact sur la santé mentale ou physique

Une absence de suivi qui peut avoir des conséquences graves sur la vie future des personnes concernées. Ainsi, 42% des répondants avouent avoir déjà tenté de se suicider.

Au total, 95% estiment que leur agression a eu un impact sur leur santé mentale et physique. «Le coût humain des violences sexuelles [...] est alarmant», souligne l’association présidée par le Dr Muriel Salmona. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles