Le gouvernement veut donner un nouvel élan au service civique

Monument place de la République à Paris. (Illustration). [Philippe Charles / CC]

Un coup d’accélérateur. Alors que le service civique fête ses cinq ans d’existence ce mardi, un colloque est organisé la veille pour faire un bilan du dispositif et en définir les nouvelles perspectives. Car depuis les attentats du mois de janvier, le gouvernement est bien décidé à lui donner un nouveau souffle.

 

Mis sur pied dans un souci de mixité sociale et de transmission des valeurs républicaines par Martin Hirsch, le service civique, qui permet à des jeunes de 16 à 25 ans d’effectuer des missions d’intérêt général de six à douze mois, n’a en effet pas atteint ses objectifs. Seules 85.000 personnes ont pour l’instant été accueillies. 

Pour l'exécutif, il faut accélérer la cadence, afin d'atteindre 170 000 jeunes en mission 2017. François Hollande avait donc annoncé, il y a un mois, que le dispositif deviendrait "universel", afin que chaque jeune volontaire puisse y accéder, et que des fonds seraient débloqués.

 

Mettre le privé à contribution

Selon le ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner, 80 millions d'euros supplémentaires s'ajouteront cette année aux 173 millions de budget déjà alloués. Reste que les 600 millions nécessaires en vitesse de croisière seront difficiles à trouver en période de restrictions budgétaires. L'Etat compte donc se tourner vers le privé.

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a d'ores et déjà appelé les entreprises à fournir un soutien financier afin de contribuer à créer 15 000 missions en trois ans, dont 5 000 immédiatement, dans les secteurs de la transition énergétique, le climat et la biodiversité.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles