Eric Brunet : "Montrer la folie dépensière"

L'animateur Eric Brunet. L'animateur Eric Brunet. [©L_GUERICOLAS_VISUAL_PRESS_AGENCY_RMC]

Depuis le début de la semaine, et durant trois mois, Eric Brunet a relancé dans son show Carrément Brunet, du lundi au vendredi sur RMC de 13h à 14h, sa rubrique «Merci les Français !». Une manière humoristique et décalée de dénoncer les gâchis coûteux de l’argent public au détriment des contribuables français. 

 

 
Quelle est le concept de cette rubrique "Merci les Français !" ?
 
Nous collectons auprès du public et des associations de contribuables des exemples précis dans lesquels leurs impôts ont été dépensés de manière inutile. Puis je les expose à l’antenne, dans un clin d’œil en fin d’émission. Avec humour et ironie, en leur disant : «Merci les Français !».
 
Le but est donc de dénoncer une gabegie de grande ampleur...
 
L’idée est de montrer la folie dépensière des collectivités, les frais pharaoniques pour des projets ubuesques. Nous avons parlé cette semaine des 155 000 euros engloutis dans une sculpture en bois sur un lac de l’Indre, ou encore de la région Rhône-Alpes qui a financé pour 250 000 euros une petite région d’Equateur... Mon idée est à terme de décerner une palme d’or à celui qui a payé, bien malgré lui, le projet le plus cher et le plus inutile.
 
 
Est-ce une manière de défendre la notion de contribuable ?
Il y a un vrai décalage entre ces dépenses et la situation difficile dans laquelle se trouve le pays. Les Français sont qualifiés de citoyens, d’électeurs, mais jamais de contribuables, car c’est un mot que l’on n’aime pas. Alors qu’il est, au contraire, très important, car les Français contribuent à la richesse de la nation.  
 
 
Les politiques, de manière générale, semblent pourtant prêts à davantage de transparence…

Avec la crise, la classe politique a le souci de présenter une vitrine correcte, de faire meilleure figure. On voit aussi que les associations locales veillent au grain. Mais je ne suis pas convaincu que les élus soient prêts à s’arrêter.

 

Les dépenses inutiles touchent tous les domaines ?

Cela va des soutiens d’associations aux musées, en passant par les ronds-points, les décorations, les salles polyvalentes surdimensionnées. Ce n’est pas forcément de la malhonnêteté ou un moyen de détourner des fonds, mais ce sont des choses inutiles.

 

Une fois exposés ces gâchis, les responsables vous contactent-ils ? 

Oui, les mairies m’appellent. Ils ont leurs arguments, mais ne disent jamais que ces dépenses sont fausses.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles